La politique culturelle du Québec

C’est vrai la Culture québécoise est en danger; il y a la menace démographique de l’immigration qui accentue toujours la présence de la culture anglophone. Mais ce n’est qu’une partie du problème. À Chertsey comme dans beaucoup de villages du Québec il n’y a pas d’immigrants mais personne ne s’occupe de la Culture. Au ministère de la Culture du Québec il n’y a pas assez d’argent disponible pour remplir le mandat. On ne peut pas toujours blâmer les autres.

Le ministère de la Culture et des Communications

Je crois avoir fait une découverte importante et j’ai rempli un formulaire obligatoire de déclaration de découverte archéologique du Ministère le 14 juin. C’est un document officiel sérieux, on n’a plus le droit de rien toucher jusqu’à ce que quelqu’un du ministère vienne voir, sous peine d’amende. Comme personne ne venait voir j’ai insisté. On m’a finalement répondu le 11 août que le ministère n’a pas les ressources nécessaires pour envoyer quelqu’un chez moi pour l’instant.

Les règlements entourant les découvertes archéologiques servent à éviter le pillage des sites mais il n’y a pas de police pour les faire respecter.

On est aussi au ministère des Communications et le responsable de mon dossier m’écrit le 11 août qu’il vient de comprendre qu’il s’agit d’une découverte archéologique. On se croirait chez les fous: c’est un formulaire de découverte archéologique officiel du ministère que j’ai rempli le 14 juin!

Les responsables de la Culture à Chertsey

Je suis en infraction car j’ai fait des fouilles sur un site historique, les moulins datant de la fondation de Chertsey. Pendant 3 ans j’ai demandé l’aide de la municipalité et on m’a finalement envoyé l’inspecteur en environnement. Les moulins de la fondation de Chertsey n’intéressent pas les responsables de la Culture.

Site internet de la municipalité de Chertsey

Idéalement ça prendrait quelqu’un qui a un intérêt pour la Culture à ce poste. J’ai de gros doutes; à partir du moment où la municipalité affiche n’importe quoi sur son histoire sur son site internet sans que personne ne dise rien c’est qu’il y a un problème. Des responsables de la Culture qui rédigent une politique culturelle en se trompant sur leur histoire ça ne fait pas très sérieux.

C’était l’ancien conseil; le nouveau ne prend pas de chance en ne faisant rien, c’est plus simple. Ou plutôt il a confié les divertissements à la Belle Église à une compagnie spécialisée dans la Culture Municipale.

Pas de Culture, pas de Pays

Il me semble que le responsable de la Culture d’une municipalité en 2020 devrait être capable d’écrire une phrase en français correct pour communiquer avec ses citoyens:

Si dans les villages du Québec les responsables de la Culture ne prennent plus la peine d’écrire en français c’est que ça va très mal. Et on ne peut pas blâmer les autres, on a tous été à l’école et eu la chance d’apprendre; l’accès aux livres et aux informations n’a jamais été aussi facile. En tant que responsable de la Culture de Chertsey il n’a même pas la curiosité de venir voir sur place pour se faire une idée personnelle.

Ce n’est pas que la Culture québécoise qui est menacée. Partout dans le monde les cultures disparaissent remplacées par une nouvelle Culture mondialisée; on pourrait appeler ça la Culture Facebook. Les anglophones sont aussi menacés que nous en fait.

Page Facebook de la Belle Église le 17 août

Il faudrait une politique culturelle québécoise forte avec des moyens financiers conséquents mais après le Covid il y aura certainement encore moins de moyens disponibles. Si la Culture devient juste un marché commercial on ne peut plus avoir de Culture distincte, il faut d’urgence s’adapter au Marché mondial.

En disant définitivement adieu au Pays.

1 réflexion au sujet de “La politique culturelle du Québec”

Laisser un commentaire