Le monastère de Berthierville en sursis

En 2019 la ministre de la Culture Nathalie Roy a empêché la démolition du monastère des Moniales de Berthierville, in extremis. Comme il s’agit d’un bâtiment important du patrimoine religieux du Québec la pression publique a forcé la décision de la ministre mais c’est une décision prise dans l’urgence, pas un plan de sauvegarde du patrimoine.

L'Action Populaire 21 avril 1949
L’Action Populaire 21 avril 1949

Berthierville a de la chance, elle possède un riche patrimoine bâti; dont le monastère des Moniales Dominicaines, un immense bâtiment abandonné depuis que les Moniales Dominicaines cloîtrées ont déménagé à Shawinigan en 2012. J’ai découvert ce bâtiment abandonné en visitant Berthierville cette semaine.

Pour la construction de leur monastère les moniales avaient fait appel à la générosité des fidèles. En donnant $200 on devenait commanditaire d’un rosaire de briques: messe, office canonial du jour et de la nuit, rosaire quotidien, nombreux suffrages pour les défunts…

L'Action Populaire 21 avril 1949
L’Action Populaire 3 octobre 1962

Encore en 1962 la communauté des fidèles participe au financement de la nouvelle église conventuelle des Moniales Dominicaines de Berthierville pour $175.000.

Le patrimoine religieux a été financé par les fidèles qui croyaient que c’était pour l’éternité.

Le ministère de la Culture n’a pas un gros budget

Il y a des gens qui travaillent au Ministère de la Culture à établir des plans de sauvegarde du patrimoine en fonction du budget alloué par l’état. On ne peut pas tout sauver, il faut choisir ce qui a un réel intérêt et y consacrer les fonds nécessaires. La ministre a cédé à la pression médiatique mais le bâtiment n’est pas sauvé pour autant: 2 ans après qu’elle ait fait arrêter la démolition rien ne semble se passer et le bâtiment continue à se détériorer.

Un bâtiment patrimonial encombrant

Le bâtiment est énorme, il va certainement coûter très cher en rénovations puis en entretien. Est-ce que ça en vaut la peine?

La ville de Berthierville avait jugé que non puisqu’elle a accordé un permis de démolition a l’entrepreneur qui en a fait l’acquisition en 2019 après des années d’abandon.

Le monastère des Moniales Dominicaines de Berthierville
Le monastère des Moniales Dominicaines de Berthierville (BANQ)

André St-Martin confirme qu’il s’est assuré que ni le terrain ni le monastère n’étaient protégés avant d’en faire l’acquisition. Il a fait ses démarches auprès de la municipalité de Berthierville et de la municipalité régionale de comté (MRC) D’Autray.

« Il n’y a jamais personne qui m’a dit qu’il y aurait une opposition, indique M. St-Martin. On m’a remis le permis le 1er avril et de là, tous les contrats ont été signés. On a coupé l’eau, on a enlevé l’électricité et le gaz. Il y avait de l’amiante dans cette bâtisse-là. Mais trois jours plus tard, un huissier vient me dire qu’il y a une ordonnance de la ministre et qu’on doit arrêter les travaux. »

Radio-Canada

Un bâtiment classé, sans eau ni électricité

En janvier 2020 la ministre a confirmé le classement du bâtiment:

Photo: La Taupe

Jeudi, la ministre Roy rappelle que l’avis de classement oblige le propriétaire à lui demander l’autorisation avant d’effectuer certaines interventions sur les bâtiments et le terrain. Toutefois, le propriétaire bénéficie dorénavant d’un accompagnement du ministère et d’une aide financière pouvant atteindre 40 % du coût des travaux de restauration.

Le Devoir

Un entrepreneur qui veut faire du neuf en démolissant ce qui existe n’a pas la même philosophie qu’un amoureux du patrimoine. La situation ressemble à celle du centre commercial du Domaine de L’Estérel qui a été classé monument patrimonial juste après qu’un entrepreneur l’ait acheté pour le transformer. Les travaux ont été arrêtés et le bâtiment se détériore peu à peu sans que personne ne puisse rien faire.

Le site patrimonial de l’Ancien Monastère des Moniales Dominicaines de Berthierville et le bâtiment lui-même, un ensemble conventuel de style néoroman d’esprit beaux-arts érigé en quatre phases, ont été classés à la suite de leur vente par les religieuses à un promoteur immobilier en vue de sa démolition. L’ancien monastère des Moniales Dominicaines de Berthierville est le premier établissement au Québec et au Canada de cette communauté religieuse féminine contemplative fondée par saint Dominique au XIII e siècle en France. Elles s’installent à Berthierville en 1925 et résident dans ce monastère de 1934 à 2012. L’ensemble très bien conservé est l’ un des rares monastères subsistants de religieuses contemplatives érigés au XXème siècle hors des grands centres urbains.

Conseil du Patrimoine Culturel du Québec – Rapport 2019 2020 (page 15)

Quoi sauver?

Berthierville possède un riche patrimoine bâti qui pourrait être mieux mis en valeur. Si les fonds disponibles sont limités, il faut faire un choix, ce n’est pas facile: sauver le monastère des Moniales en y consacrant tout le budget disponible ou réparer les vieilles maisons et embellir la ville en suivant un plan?

En fait il n’y a pas que le bâtiment des Moniales qui est patrimonial. Quand on regarde le site sur une carte on voit un immense terrain boisé près du fleuve qui a certainement un grand intérêt. Mais peut-être que le domaine a déjà été démantelé et privatisé!

Le monastère de Berthierville vue aérienne

Au moins à Berthierville la destruction d’un édifice patrimonial a fait réagir la population. À Notre-Dame-de-Lourdes l’église est en train d’être démolie sans que les citoyens de cette municipalité ne semblent s’émouvoir.

Laisser un commentaire