Site indépendant sans témoin espion
Vive le OUÈBE LIBRE

Le capitaine Jean Protais Odet d’Orsonnens à St-Roch

Jean Protais Odet d’Orsonnens s’est installé au village de St-Roch de l’Achigan vers 1816 et il a fait construire en 1820 un moulin à cardes sur sa propriété située à côté du moulin seigneurial de Charles de St-Ours. Dans l’histoire du Manitoba il est connu pour avoir ratifié le premier traité conclu avec les nations amérindiennes de l’ouest canadien. Il a conclu des dizaines d’actes chez les notaires de St-Roch qui permettent de documenter son histoire.

Lire la suite…

Expertise des moulins de Firmin Perrin à Berthier

Edward-Octavian Cuthbert

En 1862 après un procès et un jugement porté devant la Cour d’Appel, la Cour Supérieure du Bas-Canada a ordonné qu’une expertise soit faite sur les moulins que l’Honorable James Cuthbert avait concédés à Firmin Perrin notaire de Berthier en 1848. Trois experts accompagnés de témoins et de deux notaires ont examiné les moulins et les livres comptables pendant 9 jours avant de rédiger un rapport qui donne beaucoup d’informations sur le fonctionnement des moulins à cette époque.

Lire la suite…

Les moulins de L’Épiphanie et Saint-Roch-de-l’Achigan

Pierre-Roch de Saint-Ours

La ville de L’Épiphanie s’est d’abord appelée L’Achigan, elle a été fondée par les seigneurs de Saint-Sulpice qui y ont construit un moulin à scie et un moulin à farine pour leurs censitaires à partir de 1732. Il n’y avait pas de moulin dans le village de L’Assomption en plein essor. Les terres se ont vite été développées le long de la rivière L’Achigan autour de Saint-Roch puis le long de la rivière Saint-Esprit.

Lire la suite…

Les moulins des seigneuries de Dautray et de Berthier

Les moulins de Berthier et D'Autray

Les seigneuries de Dautray et de Berthier n’ont pu se développer qu’après la Grande Paix de 1701 qui a mis fin aux guerres avec les iroquois qui arrivaient par la rivière Richelieu (rivière des Iroquois autrefois) située juste en face à Sorel pour attaquer Villemarie. Le premier moulin à être documenté par un acte notarié dans ces seigneuries est le moulin Dautray construit vers 1711 pour Jean-Baptiste Neveu seigneur.

Lire la suite…

Le moulin banal de Marie-Anne Cerré à Ste-Mélanie

En 1816 Marie-Anne Cerré veuve de Pierre-Louis Panet seigneur de Daillebout et de Ramezay a conclu un marché pour construire des moulins à farine et à scie sur la rivière L’Assomption; le village de Sainte-Mélanie n’existait pas encore. Pour développer ces seigneuries il fallait d’abord y construire un moulin banal pour moudre le grain et scier le bois de construction des censitaires.

Lire la suite…

Edward et Charles Edward Scallon marchands de bois

Edward Scallon marchand de bois

Edward Scallon a été le principal marchand de bois sur le bassin de la rivière L’Assomption pendant 20 ans jusqu’à sa mort en 1864. En 1858 Charles-Edward Scallon est arrivé au village d’Industrie, il était aussi commerçant de bois et il a aussi rédigé des centaines de contrats notariés. Je n’ai d’abord pas remarqué que c’était un autre, puis je me suis demandé quel était leur lien de parenté. C’est dans le testament d’Edward que j’ai trouvé la réponse, ils étaient cousins.

Lire la suite…

Les cageux et les forêts de pin de Lanaudière

Les cageux de Lanaudière

À partir de 1800 le Canada a exporté ses forêts de bois de pin vers l’Europe. Les arbres étaient sciés et transportés au moulin pour être transformés en pièces de charpente, mâts, madriers et planches. Les cageux ou raftmen faisaient ensuite descendre ces pièces sur des cages assemblées en radeaux par les rivières jusqu’au fleuve pour rejoindre le port de Québec sans les endommager.

Lire la suite…

Les premiers moulins de Saint-Liguori (1811-1845)

Carte de Joseph Bouchette 1831 (détail)

J’avais commencé à documenter les moulins construits sur la rivière Ouareau et le commerce du bois. Il me manquait des éléments, je le savais, j’ai reçu de nouvelles informations et de l’aide pour les interpréter. Voici une longue liste de documents trouvés dans les greffes des notaires qui apportent des informations complémentaires.

Lire la suite…

Les 18 moulins du canton de Brandon en 1853

Plan of the township of Brandon 1853

Le plan du canton de Brandon publié en 1853 montre tous les moulins actifs à cette époque. Pour documenter la carte des moulins de Lanaudière que je construis, je cherche des informations fiables permettant de les localiser mais les cartes anciennes ne montrent en général que les principaux établissements. Beaucoup de moulins ont été construits à cette époque, il y en avait au moins 18 juste dans le canton de Brandon en 1853.

Lire la suite…

L’exploitation industrielle du bois sur la rivière Ouareau

Logo des Amis de la Forêt Ouareau

Le commerce du bois sur la rivière Ouareau autrefois appelée Lacouareau a commencé vers 1800. L’exploitation industrielle du bois sur la rivière Ouareau a été très importante mais elle est mal documentée dans l’histoire de St-Liguori, Rawdon, Chertsey et des autres villages qu’elle parcourt. Ce long article est une synthèse de plusieurs chroniques déjà publiées récapitulant cette histoire.

Lire la suite…

Les 14 moulins de St-Félix en 1871

Les 14 moulins de St-Félix-de-Valois

En 1871 il y avait 14 moulins recensés à St-Félix-de-Valois et seulement 5 à Joliette. Tous ces moulins se trouvaient sur la rivière Bayonne et ses affluents, la rivière Berthier et la Grande Coulée, la rivière L’Assomption passe à côté du village de St-Félix mais n’en fait pas partie. Le plus ancien moulin daterait de 1815.

Lire la suite…

Historique des moulins de Joliette

Depuis 1770 de nombreux moulins ont été construits sur la rivière L’Assomption et ses affluents. Sans ces moulins Joliette serait resté un village agricole. Leur histoire a été en partie racontée mais en cherchant dans les journaux anciens et les archives des notaires on trouve des détails et des anecdotes permettant de compléter ou corriger …

Lire la suite…

La débâcle de la rivière L’Assomption en 1885

Inondations à Joliette en 1885

Au printemps 1885 la débâcle de la rivière L’Assomption a détruit presque toutes les installations situées sur ses rives en passant à Joliette. Les dommages ont été considérables, 5 ponts ont été emportés et tous les moulins ont été endommagés, une partie de la ville a été inondée. Le récit des journaux permet de documenter les moulins en activité à Joliette en 1885.

Lire la suite…