Site indépendant sans témoin espion
Vive le OUÈBE LIBRE

Le capitaine Jean Protais Odet d’Orsonnens à St-Roch

Jean Protais Odet d’Orsonnens s’est installé au village de St-Roch de l’Achigan vers 1816 et il a fait construire en 1820 un moulin à cardes sur sa propriété située à côté du moulin seigneurial de Charles de St-Ours. Dans l’histoire du Manitoba il est connu pour avoir ratifié le premier traité conclu avec les nations amérindiennes de l’ouest canadien. Il a conclu des dizaines d’actes chez les notaires de St-Roch qui permettent de documenter son histoire.

Lire la suite…

Le village d’Industrie et son organisation municipale

La consultation des greffes des notaires permet de documenter la vie du village d’Industrie avant qu’il ne devienne une ville nommée Joliette en 1864. La plupart des étapes de son organisation en municipalité ont été enregistrés; on trouve dans ces actes notariés des informations très sérieuses et d’autres insolites. Le notaire Jean-Olivier Leblanc a commencé sa pratique à 22 ans au village d’Industrie, il a été le principal notaire de ces années de la naissance de la ville de Joliette.

Lire la suite…

Les seigneuries de Dailleboust et de Ramezay ou le fief Jouette

Pierre-Louis Panet

Le fief Jouette a été constitué par Joseph Gautier qui a réuni deux seigneuries concédées en 1736 à Jean D’Ailleboust d’Argenteuil et à Louise-Geneviève de Ramezay situées sur des terres pas encore arpentées. L’Honorable Pierre Louis Panet l’a acquis en 1800 alors qu’il n’y avait qu’une maison dans chacune de ces deux seigneuries. On y retrouve aujourd’hui les villages de Ste-Mélanie, Ste-Béatrix et St-Jean-de-Matha.

Lire la suite…

Le bourg de L’Assomption en plein essor

Joseph-Edouard Faribault

Le notaire Joseph-Edouard Faribault a pratiqué au bourg de L’Assomption à partir de 1791 à une époque où ce village devenait le centre commercial régional. Le territoire a alors été colonisé en remontant la rivière L’Assomption et ses affluents vers L’Achigan, Saint-Roch, Saint-Paul jusqu’à la seigneurie d’Ailleboust (aujourd’hui Ste-Mélanie). Barthélémy Joliette, son neveu, a été son clerc de notaire avant de fonder le village d’Industrie.

Lire la suite…

La statue du Sacré-Cœur devant la cathédrale de Joliette

Statue du Sacré-Coeur à Joliette

Le 5 juillet 2021 le journal de Joliette L’Action annonçait: Dégradation importante de la statue du Sacré-Cœur à Joliette – Des évaluations sont en cours. Les évaluations doivent toujours être en cours puisque en 2024 rien n’a changé, la dégradation de la statue se poursuit devant la cathédrale de Joliette sans que personne ne réagisse. La dévotion des citoyens au Sacré-Cœur de Jésus est un passé à oublier, Joliette est une ville moderne aujourd’hui.

Lire la suite…

Expertise des moulins de Firmin Perrin à Berthier

Edward-Octavian Cuthbert

En 1862 après un procès et un jugement porté devant la Cour d’Appel, la Cour Supérieure du Bas-Canada a ordonné qu’une expertise soit faite sur les moulins que l’Honorable James Cuthbert avait concédés à Firmin Perrin notaire de Berthier en 1848. Trois experts accompagnés de témoins et de deux notaires ont examiné les moulins et les livres comptables pendant 9 jours avant de rédiger un rapport qui donne beaucoup d’informations sur le fonctionnement des moulins à cette époque.

Lire la suite…

Les moulins de L’Épiphanie et Saint-Roch-de-l’Achigan

Pierre-Roch de Saint-Ours

La ville de L’Épiphanie s’est d’abord appelée L’Achigan, elle a été fondée par les seigneurs de Saint-Sulpice qui y ont construit un moulin à scie et un moulin à farine pour leurs censitaires à partir de 1732. Il n’y avait pas de moulin dans le village de L’Assomption en plein essor. Les terres se ont vite été développées le long de la rivière L’Achigan autour de Saint-Roch puis le long de la rivière Saint-Esprit.

Lire la suite…

Les moulins des seigneuries de Dautray et de Berthier

Les moulins de Berthier et D'Autray

Les seigneuries de Dautray et de Berthier n’ont pu se développer qu’après la Grande Paix de 1701 qui a mis fin aux guerres avec les iroquois qui arrivaient par la rivière Richelieu (rivière des Iroquois autrefois) située juste en face à Sorel pour attaquer Villemarie. Le premier moulin à être documenté par un acte notarié dans ces seigneuries est le moulin Dautray construit vers 1711 pour Jean-Baptiste Neveu seigneur.

Lire la suite…

Le moulin banal de Marie-Anne Cerré à Ste-Mélanie

En 1816 Marie-Anne Cerré veuve de Pierre-Louis Panet seigneur de Daillebout et de Ramezay a conclu un marché pour construire des moulins à farine et à scie sur la rivière L’Assomption; le village de Sainte-Mélanie n’existait pas encore. Pour développer ces seigneuries il fallait d’abord y construire un moulin banal pour moudre le grain et scier le bois de construction des censitaires.

Lire la suite…

Joseph Burr Twiss horloger au village d’Industrie

Joseph Burr Twiss

Joseph Burr Twiss et Russell Twiss ont fabriqué et vendu des horloges dans le village d’Industrie et à St-Liguori à partir de 1837, leurs horloges sont collectionnées dans des musées et pourtant la seule mention de Joseph Burr Twiss dans le livre Histoire de Joliette est pour dire qu’il y tenait une maison de pension en 1851. Les historiens de Joliette ne sont pas très curieux et les autres affirment que Joseph Burr s’est retiré des affaires en 1837 mais c’est faux.

Lire la suite…

La Semaine Missionnaire de Joliette en 1927

La Semaine Missionnaire de Joliette

En 1927 la ville de Joliette a accueilli la première semaine missionnaire organisée au Canada. La puissance du clergé québécois était à son apogée, le Québec n’était plus une terre de missions mais de missionnaires: les anciens coureurs des bois parcouraient le monde pour évangéliser les païens.

Lire la suite…

Le peuplement de Nominingue de 1881 à 1911

Nominingue a été fondé en 1881 dans le canton Loranger; c’était alors la forêt et on n’y trouvait que des amérindiens et quelques bûcherons. En 1911 Nominingue avait atteint son plein développement avec 1.100 habitants recensés dont de nombreux commerçants, avant de lentement décliner quand tout le bois exploitable avait été exploité et que la ville de Mont-Laurier l’eut remplacé comme centre administratif des Hautes-Laurentides.

Lire la suite…

Les Indiens Wolastoqiyik de Rawdon et Chertsey

Le peuple des Wolastoqiyik

En 1842 un groupe d’Indiens a déposé une pétition pour obtenir du gouvernement des terres dans les Townships de Rawdon et Chertsey. La liste de ces Indiens et leur pétition ont été conservés aux Archives du Canada. C’était un groupe de Wolastoqiyik de la rivière St-Jean au Nouveau-Brunswick qui s’était d’abord installés à St-Joseph de Maskinongé vers 1820. Ils sont mieux connus au Québec sous le nom de Malécites ou Etchemins.

Lire la suite…