Géologie: le faciès de Chertsey

Le Québec appartient en grande partie à la province géologique de Grenville et dans les Laurentides à l’ouest de Chertsey il y a une émergence plus ancienne appelée le complexe de Morin. Le faciès de Chertsey est le versant Est de ce massif. Entre les 2 zones géologiques on trouve des affleurements volcaniques où il y a des minéraux spéciaux comme le long de la rivière Jean-Venne.

Géologie de Chertsey

Sur le site SIGÉOM il y a une carte géologique du Québec mise à jour. En cliquant pour afficher les informations sur Chertsey on peut afficher différents calques:

Sur la première carte on voit les explorations qui ont été faites et sur la deuxième les lignes approximatives de séparation des couches géologiques régionales. Le granite Jean-Venne est en orange, on le trouve depuis le village (à côté du Provigo) jusque vers Entrelacs le long de la rivière Jean-Venne d’où il tire son nom; en beige le complexe de Morin.

Sur l’image suivante en affichant la géologie générale on peut voir le complexe de Morin en orange qui se rétrécit au sud et au nord-ouest autour de Chertsey. Le faciès de Chertsey est le versant est de ce massif; il y a le faciès d’Ashton sur le versant ouest qui est légèrement différent.

Une étude géologique de Chertsey a été faite en 1960 par P. E. Côté; le rapport et la carte sont disponibles en ligne.

Le filon de la rivière Jean-Venne

En fait c’est curieux, j’ai trouvé sur cette carte exactement ce que j’avais observé: les géologues ont relevé une petite émergence de la diabase entre le croissant Gareau et le chemin Irène. C’est la couche qui affleure devant chez moi en-bas de la chute; et aux Cascades Rochon aussi sans doute.

Voici la carte du secteur avec la diabase observée. Les 3 croix au-dessus montrent les prélèvements faits sur le croissant Gareau, le chemin Michel et le chemin Irène.

Dans la zone alentour on est dans le complexe de Morin et au fond du lac Chantelle dans le granite Jean-Venne:

D’après ce que je comprends de mes recherches en géologie et en minéralogie il se forme des poches entre les 2 couches où les minéraux s’accumulent. L’action de l’eau dans la rivière produit en plus des réactions chimiques et des assemblages de nouveaux matériaux.

Il suffit de fouiller la rivière au pied de la chute pour trouver toutes sortes de roches volcaniques très étranges et encore noircies par le feu ou de gros blocs de roche sédimentaire. Parmi ces roches et dans les plis des surfaces de contact entre les 2 zones géologiques des matériaux assez durs pour tailler des outils ont été exploités.

Avec l’érosion ces roches libèrent des minéraux qui créent des réactions chimiques. Cette roche blanche sédimentaire cristallisée qui casse en éclats parfaits en est un exemple:

Un autre exemple de minéral est cette couche de matériau cristallin vert qu’on trouve entre les couches d’un rocher de la rivière bien spécial; il est apparu quand l’eau était très basse:

Il me semble que les filons les plus intéressants se manifestent par des traces vertes qui apparaissent dans certaines fissures mais pas toutes. Il y en a aussi beaucoup le long de la cascade Rochon.

Ce gros bloc semble avoir été extrait à cet endroit et peut-être utilisé en partie. Sur le rocher où il a été extrait on voit des marques d’outils. C’est juste en-bas de la chute.

En 2 semaines je me suis fait une collection de dizaines de roches différentes dans la rivière et sur mon terrain (voir aussi archéologie amérindienne et une collection de cailloux). C’est plutôt inhabituel.

C’est pour ça que le site de la rivière Jean-Venne a été habité pendant des siècles par les amérindiens.

Lire: Chertsey centre amérindien

Laisser un commentaire