Archéologie amérindienne

Quelqu’un m’a contacté la semaine dernière pour me montrer de curieux cailloux qu’il trouve sur son terrain à Chertsey. Nous ne sommes pas des spécialistes mais il semble bien qu’il s’agit d’outils taillés dans des matériaux très divers qu’on ne trouve pas dans ce secteur. Il a demandé de l’aide mais en temps de pandémie ça semble compliqué.

C’est au bord de la rivière Jean-Venne que la personne a fait ses découvertes. Il avait creusé pour amener de la terre dans son jardin et puis en triant les petits cailloux il a commencé à les trouver bizarres, beaucoup ressemblaient à des pointes de flèches et il y en avait de toutes les couleurs et de toutes les matières. J’ai pris des photos de quelques uns des morceaux qu’il a trouvés dans son jardin et c’est très impressionnant, il y en a des centaines. Nous avons contacté le Centre d’Archéologie de Pointe-au-Buisson pour avoir de l’aide.

L’archéologie pendant la pandémie

La personne a besoin d’aide car il semble que le site soit très important et en partie préservé, ce serait donc une découverte majeure. Pour l’instant la réponse du ministère de la Culture a été que selon les articles 22, 74 et 222 du code il est passible d’une amende si il touche à quoi que ce soit.

C’est un peu aberrant de se sentir comme un criminel alors qu’on appelle pour demander de l’aide mais on est en temps de crise. Espérons qu’un archéologue professionnel va bientôt pouvoir lui dire de quoi il s’agit et si il peut se promener dans son jardin normalement. Les archéologues ne peuvent pas faire de télé-travail, il faut qu’ils touchent, qu’ils pèsent et qu’ils sentent.

C’est excitant mais il faut attendre; et on dirait que ça va être long.

J’ai fait des recherches sur internet pour trouver des informations en attendant; voici 3 articles qui semblent tout à fait confirmer ce que la personne a trouvé:

Présence amérindienne à Chertsey

J’avais déjà remarqué la forte présence amérindienne sur la rivière Jean-Venne: la légende de la Chute-à-Michel, le lac Michel (Chantelle) où vivaient des amérindiens, la montée de Margaret où une vieille indienne vivaient encore vers 1940 et d’autres vieilles histoires qu’on m’a racontées. Ça fait beaucoup de données concordantes et localisées, ce n’est pas un hasard.

Une histoire à suivre!

Laisser un commentaire