Idéologie de la colonisation: la Matavaisie

Carte de la Matavaisie 1906

En 1883 le curé Provost publie « La Bourse et la Vie », un hymne à la colonisation de la Matavaisie, nouvelle terre promise située au nord de Joliette dans la vallée de la rivière Matawin. Depuis Nominingue jusqu’au lac Saint-Jean ce sera un territoire refuge pour la nation canadienne française en péril. Il est le précurseur du curé Labelle, théoricien d’une véritable idéologie de la colonisation.

Lire la suite…

La Société des Défricheurs

Le curé Paré

La Société des Défricheurs est fondée en 1848 à St-Jacques de la Nouvelle-Acadie pour soutenir la colonisation dans le canton de Chertsey. Les sociétés de colonisation n’ont pas toujours eu de succès mais l’histoire de la fondation de Chertsey montre qu’elles ont activement participé à l’organisation du territoire.

Lire la suite…

A.-H. Coutu, curé colonisateur

En 1867 un nouveau curé est nommé à Chertsey, Alexis-Henri Coutu. C’est un curé colonisateur comme le curé Labelle et beaucoup d’autres à cette époque. Avec ses frères il sera un des fondateurs de Saint-Donat où ils construiront le premier moulin à farine et à bois.

Lire la suite…

Le manoir Panet à Sainte-Mélanie

Manoir Panet à vendre

Le manoir Panet a été construit en 1811 par Pierre-Louis Panet. C’était le manoir de la Seigneurie D’Ailleboust située au nord de Joliette au pied des premières montagnes des Laurentides. C’est un des plus anciens bâtiments du nord de Lanaudière avec une riche valeur patrimoniale mais il est à vendre, il faut le sauver.

Lire la suite…

La moraine de Saint-Narcisse

Il y a 12.000 ans environ la calotte glaciaire s’arrêtait juste au nord de Chertsey et la mer de Champlain envahissait les vallées des Laurentides jusqu’à une altitude de 251 mètres au-dessus du niveau actuel de la mer. La moraine de Saint-Narcisse est la trace laissée par le glacier lors de l’un de ses retours, elle s’étend de Saint-Siméon jusqu’aux Grands-Lacs.

Lire la suite…

Jean Venne un amérindien ?

D’où vient le nom de la rivière Jean-Venne qui traverse Chertsey pour rejoindre la rivière Ouareau ? Elle a été nommée « Rivière Lafontaine » à la fondation du village en l’honneur du premier ministre de l’époque. D’après la Commission de Toponymie du Québec elle a pris le nom de « Rivière Jean-Venne » en 1973 mais l’origine de ce nom est inconnue.

Lire la suite…

Charlevoix était raciste

Les guides touristiques du Québec vendent la belle région de Charlevoix au monde mais il faut savoir que le Père Charlevoix n’était pas plus politiquement correct que le général Amherst. Si on change le nom de la rue Amherst à Montréal il faudrait aussi changer le nom de la région de Charlevoix.

Lire la suite…

Visite du séminaire de Montréal

Pour le 375ème anniversaire de Montréal le séminaire Saint-Sulpice annonçait qu’il ouvrait ses portes à la visite. Le Séminaire de Montréal a été construit de 1684 à 1687 et c’est le plus vieil édifice de l’Île de Montréal, siège de la seigneurie. Nous ne voulions pas manquer l’occasion.
Et bien nous avons été tellement déçus que nous nous sommes plaint et fait rembourser par les seigneurs de Montréal en voilà la preuve.

Lire la suite…

Joliette et le village de L’Industrie

Le fondateur de la ville de Joliette, d’abord nommée L’Industrie ou Industry Mills, était Barthélémy Joliette époux de Marie-Charlotte de Lanaudière. À la fois seigneur et homme d’affaire c’est un personnage étonnant qui a marqué l’histoire de Joliette. Jean-Claude Robert a écrit sa thèse universitaire sur lui, en voici un aperçu.

Lire la suite…

La vie des colons

Dans les « Notes historiques sur Mont-Laurier, Nominingue et Kiamika » de Maurice Lalonde, publié en 1936, j’ai trouvé le récit d’un des premiers colons de Kiamika qui semble beaucoup plus crédible que le roman utopique de la colonisation, « Jean Rivard, le défricheur » d’Antoine Gérin-Lajoie.

Lire la suite…

La réserve des sauvages

C’est ainsi qu’est identifié le territoire concédé au peuple mohawk par la couronne britannique en 1853. Ce sont nos voisins, leur territoire touche à celui de Chertsey et ils veulent le protéger des coupes forestières eux aussi. La « Réserve des Sauvages » ce serait un beau nom pour une aire de protection de la nature.

Lire la suite…

Enquête du parlement sur le chemin de Chertsey 1856

Le 29 mars 1856 un rapport d’enquête est déposé au parlement du Canada-Uni à Toronto à propos du responsable de la construction du chemin de Chertsey, Alexander Daly, agent des terres de la couronne à Rawdon. On y trouve de nombreux témoignages de la vie à Chertsey à cette époque.

Lire la suite…