Peter-Charles Loedel, fondateur de Joliette

Peter-Charles Lœdel est un des fondateurs de Joliette, il a participé activement avec Barthélémy Joliette à la fondation du Village de l’Industrie. D’origine allemande par son père il a été médecin dans l’armée britannique avant d’épouser Marie-Antoinette Tarieu Taillant de Lanaudière âgée de 16 ans, le 5 mars 1821 au manoir seigneurial de Lavaltrie.

Le Dr Loedel a passé la suite de sa longue vie à Joliette: médecin, juge de paix, maître de postes, président-fondateur de l’Institut, il avait son manoir à côté de celui de Barthélémy Joliette. Mais il reste peu de traces de sa mémoire.

La famille Lœdel

Mercenaires allemands

C’est le père de Peter-Charles qui est arrivé en Amérique avec l’armée britannique vers 1776. Presque la moitié de l’armée anglaise ayant combattu la révolution américaine était formée de mercenaires allemands et plus d’un millier s’est fixé au Québec. Heinrich Nickolaus Christoph Lœdel était chirurgien et après la guerre il s’est établi à Montréal où il devint un médecin très réputé. En 1784 il a épousé une héritière de la bourgeoisie montréalaise, Marguerite Gamelin, à l’église anglicane Christ Church de Montréal. C’était un riche notable et il a pu envoyer 2 de ses fils étudier en Europe.

Peter-Charles, né 17 juin 1796, a rejoint l’armée anglaise en guerre contre la France en 1814 et en 1820 il a été diplômé de médecine par le Collège Royal de Londres. Il racontait qu’il était à bord du Bellérophon le bateau qui emmena Bonaparte en exil à Ste-Hélène.

De retour au pays il a épousé une fille du seigneur de Lavaltrie en 1821 à l’église anglicane de William-Henry (Sorel) pour se fixer à L’Assomption.

Co-seigneur et co-fondateur de Joliette

Les moulins de Joliette
Canadian Spectator 6 août 1824
Ill.: BANQ

Les héritiers de la seigneurie de Lavaltrie ont dû travailler ensemble, ils n’avaient pas le choix. La première annonce de l’ouverture des moulins du village de l’Industrie le 1er juin 1824 est signée des 3 beaux-frères. Dans la recherche que j’avais faite sur Barthélémy Joliette j’ai pu constater que le docteur Lœdel a beaucoup plus participé à la création de la ville de Joliette que Pierre-Paul De Lanaudière. Il n’y avait que 2 manoirs à Joliette en 1826, un pour Joliette et un pour Lœdel.

Le loyaliste de 1837

Je n’ai pas trouvé de portrait de Lœdel mais j’ai trouvé sa signature dans une déposition qu’il a faite le 16 janvier 1838 contre Charles Guilbault cultivateur qui a refusé de prêter le serment d’allégeance à la Reine et a incité les autres à le suivre. L’autre témoin à charge est William Berczy seigneur de Sainte-Mélanie chez qui l’assemblée avait lieu.

Dans un article de L’Action Populaire l’abbé Omer Valois dit que même B. Joliette pourtant loyaliste lui aussi le trouvait un peu trop zélé. Il ajoute:

Le train de Joliette
La Minerve 8 février 1847

Le Dr Lœdel était protestant à son arrivée à l’Industrie. Les efforts de son gendre, le Dr Le­prohon, secondés par ceux du curé Manseau, finirent par le convertir au catholicisme.

Commission appointing Barthelemi Joliette, Peter Charles Loedel and James Stansfeld as Commissioners of the Court in St. Charles Borromée, Village de l'Industrie
Répertoire du Patrimoine

Après 39 ans de mariage il a fini par se laisser convaincre par sa famille catholique et francophone. Mais « Quelques phrases de M. Manseau montrent que le nouveau converti ne se faisait pas remarquer par sa ferveur. »

Le fondateur de l’Institut de L’Industrie

Institut d'artisans et association de bibliothèque
L’Institut de L’Industrie

Maître des postes pendant 25 ans, juge de paix, médecin charitable, il a aussi participé à la naissance de la vie culturelle de Joliette. Il a été le premier président de l’Institut d’Artisans et Association de Bibliothèque du Village d’Industrie fondé avec d’autres notables de Joliette en 1856. Inspiré de l’Institut Canadien de Montréal il permettra à la population de lire et s’instruire. «Le travail triomphe de tout» et «Industrie et persévérance» sont les devises; l’emblème était composé d’une locomotive et d’une charrue. La première assemblée eut lieu au marché French; en 1858 l’Institut a fait bâtir un édifice au 400 rue Manseau qui est le plus ancien bâtiment de Joliette préservé.

Canadian Spectator 30 novembre 1825
Canadian Spectator 30 novembre 1825
50 ans de mariage
La Gazette de Joliette – 9 mars 1871
L'Action Populaire 17 décembre 1936
L’Action Populaire 17 décembre 1936

Peter-Charles Lœdel n’a eu qu’une fille qui a épousé le docteur et shérif de Joliette, B.H. Leprohon. En 1871 c’est lui et sa femme qui organisent une fête pour les noces d’or de leurs parents. Il n’y a donc plus de famille portant le nom Lœdel à Joliette mais il a quand même eu une nombreuse descendance Leprohon.

Barthélémy Joliette et le curé Manseau, autres fondateurs de Joliette, ont eu droit à des rues prestigieuses qui préservent leur souvenir. Le Dr Lœdel est moins gâté, il mériterait mieux. Il est décédé en 1879.

Portraits du Dr Lœdel et de sa femme

En faisant une recherche sur Joliette sur le site BANQ j’ai trouvé ces deux portraits faits par Vital Desrochers et identifiés comme ceux du Dr Léodel et de sa femme. Comme ils viennent du Collège de Joliette il y a de grandes chances que ce soient ceux du Dr Lœdel et de sa femme:

J’ai aussi trouvé à la BANQ ce portrait de l’homme âgé qui vient de la revue Joliette Illustré; le nom est Leodel cette fois:

Peter-Charles Lœdel âgé

Références:

Ajout

J’ai retrouvé cet article de l’abbé Omer Valois de la Société Historique de Joliette. Curieusement il est titré Leodel mais dans l’article l’orthographe est Loedel. En allemand on écrivait peut-être Lödel.

L'Action Populaire 11 décembre 1947
L’Action Populaire 11 décembre 1947

Laisser un commentaire