Catégorie: Histoire de Lanaudière
Site indépendant sans témoin espion

Les deux manoirs du village d’Industrie en 1826

Le village d’Industrie venait tout juste de naître autour du moulin construit par les seigneurs de Lavaltrie en 1823. Pour montrer à tous que leur projet était sérieux et durable Barthélémy Joliette et Peter-Charles Loedel ont décidé de se faire construire chacun un manoir au bord de la rivière L’Assomption au milieu des cabanes de leurs bûcherons.

Le manoir de Barthélémy Joliette

Le 13 janvier 1826 B. Joliette et P.-C. Loedel ont signé un devis avec Antoine Peltier maître-maçon pour la construction de 2 maisons en pierres et chaux. Antoine Peltier avait déjà fait la maçonnerie du moulin de l’Industrie en 1823 et j’ai pu documenter les 3 devis de sa construction, charpente, mécanismes et maçonnerie. Je n’ai trouvé que le devis de maçonnerie pour la construction des manoirs, il permet quand même de comprendre comment on construisait un manoir en pierres et chaux en 1826.

Archives de la ville de Joliette

La Société d’Histoire de Joliette a dans ses collections un dessin daté de 1846 représentant les 2 manoirs du village d’Industrie vus de la rivière L’Assomption.

L'Industrie en 1846 - Collection SHJL
Les 2 manoirs de L’Industrie en 1846 (Collection SHJL)

En 1964 la ville de Joliette a publié un livre historique pour commémorer le centenaire de son incorporation. On y lit que M. Joliette commença la construction de son manoir en 1828 (?) et que celui-ci fut la proie des flammes pendant la messe de minuit à Noël. Il aurait été refait sur les mêmes fondations en 1829 et inauguré le 1er janvier 1830. Le fait qu’il y ait eu 2 seigneurs et 2 manoirs n’a pas semblé être une information pertinente pour le rédacteur de ce texte.

Le manoir de B. Joliette

Dans le livre Histoire de Joliette publié en 2015 pour le 150ème anniversaire de la Ville on lit que les deux manoirs auraient été construits en 1826 par B. Joliette et P.-C. Loedel, l’erreur de date a été corrigée. Vers la fin de 1827 le manoir de Joliette aurait pris feu; il aurait été reconstruit sur les mêmes fondations en 1829 et inauguré le 1er janvier 1830. L’édifice a été définitivement détruit par un incendie majeur en 1935. Il avait été agrandi et transformé en école, cette photo ne représente donc pas le bâtiment original. Le dessin de l’article plus haut semble plus fidèle au devis initial.

Manoir de B. Joliette

Dans ce livre récent sur l’histoire de Joliette on ne trouve aucune information sur le manoir de P.-C. Loedel qui ne semble pas intéresser les historiens de Joliette. La seule information que j’aie trouvé à son sujet vient d’un vieux livre de la bibliothèque, Gerbes de souvenirs de A.-C. Dugas:

Près de la maison seigneuriale de M. Joliette, on voyait encore à cette époque, l’aile droite du manoir du docteur Léodel, ou comme tout le monde disait : le docteur Lel. Les anciens nous racontaient que cette demeure était en tout semblable à celle du fondateur et qu’on l’avait démolie pour en reconstruire une plus belle ; mais une fortune ennemie s’y est opposée.

Pourtant dans le chapitre consacré aux trains de Joliette on trouve une belle illustration du pont du train allant vers Rawdon et à droite on peut voir les 2 manoirs de B. Joliette et P.-C. Loedel vus d’aval sur le bord de la rivière L’Assomption. L’illustration vient du livre Histoire de Joliette mais personne ne semble avoir remarqué les manoirs.

Le pont du chemin de fer du Village de L'Industrie à Rawdon (Coll. Baby)
Le pont du chemin de fer du Village de L’Industrie à Rawdon (Coll. Baby)

Devis de construction de deux manoirs en pierres et chaux

1- Faire deux maisons en pierres et chaux

Faire deux maisons en pierres et chaux dont chacune aura 62 pieds de longueur sur 27 pieds de largeur avec 2 ailes à chaque maison qui auront chacune 37 pieds de longueur sur 22 de largeur, le tout de dehors en dehors; et les dites maisons et ailes auront environ 33 pieds de hauteur d’une pierre à l’autre en sus des frontons qui seront d’une proportion convenable et suivant le plan qui en sera donné, le tout mesure anglaise; et dans chacune des dites maisons il y aura un mur de refente sur la longueur d’icelles pour recevoir les lambourdes et dans une des ailes de chaque maison il y sera maçonné un puits et fait un mur de refente pour faire une cendrière et le fond d’icelle sera pavé en pierre; et sera fait les soupiraux nécessaires.

2- Fondations, murs et cheminées

Les murs dans les terres auront 3½ pieds d’épaisseur jusqu’aux lambourdes et là seront réduits à 2½ pieds d’épaisseur et continués ainsi jusqu’aux soliveaux de la première étage; et rendu là les murs n’auront plus que 2 pieds d’épaisseur et seront ainsi continués jusqu’aux sablières; chaque étage aura 11 ou 12 pieds de hauteur entre les 2 planchers; et il y aura 6 bonnes cheminées à chacune des dites maisons et ailes; avec les trous de tuyaux nécessaires, le tout suivant le plan.

3- Portes, fenêtres, armoires

Dans lesquelles maisons et ailes sera fait toutes les ouvertures nécessaires pour les portes, châssis et ailes en ovale dans les frontons, le tout de la dimension portée au plan; et toutes les dites ouvertures seront régulièrement placées suivant le plan et au goût des dits bourgeois; comme aussi sera placé dans la maçonne toutes les boîtes d’armoire que ces derniers demanderont; et l’entrepreneur sera tenu de placer régulièrement dans la maçonne toutes pièces de bois qui seront nécessaires pour clouer la menuiserie des dites maisons et ailes; et remplira et arrasera les lambourdes et sablières convenablement comme aussi fera les piliers nécessaires pour supporter les deux galeries de chacune des dites maisons.

4- Maçonnerie des façades

La façade de chacune des dites maisons et ailes sera de la forme désignée au plan et sera toute en pierres de la même épaisseur que l’entrepreneur choisira et préparera avec soins et précautions afin que les joints soient aussi petits que possible et que la face de la pierre soit bien unie; et chaque rang de pierres d’épaisseur sera de niveau sur toute la longueur de chaque rang et les joints bien coupés; et tous les joints de la façade seront tirés en mortier de la couleur de la pierre; et bien carrotés en peinture blanche afin d’imiter la pierre de taille; et les cheminées qui paraîtront dans la façade seront faites pareilles à la façade des dites maisons et ailes. Il y aura deux cordons en pierre de taille qui sépareront les deux étages dans la façade des dites maisons et ailes; et les coins de la dite façade seront en pierre de taille, tous les chapeaux et cordons de cheminées ainsi que leurs jambages, plates-bandes et trous de tuyaux seront en pierre de taille; tous les cadres et ouvertures seront en bois pour toutes les dites maisons et ailes susdites.

5- Parement des maisons et ailes

Tout le reste du dehors des dites maisons et ailes sera bien parementé en choisissant toujours la pierre et l’ébauchant proprement; et chaque rang de pierres sera arasé et tous les joints du dehors seront bien tirés à joints plats et pierres découvertes; tous les murs de l’intérieur des dites maisons et ailes seront gobetés et redressés à la règle et préparés à recevoir les enduits.

6- Le trécarré

L’entrepreneur tirera le trèsquarré des dites maisons et ailes et tous les dits ouvrages seront faits et exécutés solidement et dans le meilleur goût et pour ce l’entrepreneur n’emploiera que de bons maçons qu’il surveillera lui-même jusqu’à la perfection des dits ouvrages qu’il complétera fait et parfait suivant l’art, à l’exception des enduits et foyers seulement. Toutes les fouilles seront maçonnées entre 2 cordeaux, montées en glacis et les joints bien tirés pour ensuite recevoir les terres.

Autres conditions

Les ouvrages de maçonnerie doivent commencer le 15 de mai, le tout fait et parfait pour le premier de septembre. Les dites maisons et ailes seront montées alternativement afin de laisser reposer la maçonne à chaque étage jusqu’à leur perfection. B. Joliette et P.-C. Loedel s’engagent à livrer à pied d’oeuvre toute la pierre de maçonne, toute la pierre de taille, le mortier, les bois d’échafaudage et échelles et généralement tous les matériaux qui seront nécessaires pour faire les dits ouvrages, et nourrir le dit entrepreneur ainsi que ses maçons et manoeuvres jusqu’à la fin des dits ouvrages. Et pour le prix et somme de six milles six cents livres ancien cours.

Et le dit entrepreneur promet de prendre et acheter au magasin de Mr. J.-O. Leblanc (le notaire qui a rédigé l’acte) les marchandises et provisions dont il aura besoin… au même prix qu’ailleurs.

Archives complémentaires trouvées à la BANQ

La Revue Canadienne 1887
La Revue Canadienne 1887

C’est un édifice de cent pieds de longueur, sur une largeur de quarante. Deux ailes de vingt-cinq pieds de largeur sur une cinquantaine de profondeur, laissent saillir de cinq à six pieds le corps principal orné d’un fronton semblable à celui des ailes; ses ouvertures sont larges et les portes à double battant ainsi que les larges fenêtres placés au-dessus se terminent par une ellipse à leur partie supérieure.

Un dôme immense couronne la structure qui est en pierre de taille et les toits miroitent de fer blanc et de tôle galvanisée. L’extérieur a l’apparence d’une maison vraiment princière, modelée paraît-il sur la résidence du comte Bonaparte à Philadelphie…

La Société Historique de Joliette avait publié des recherches à propos du manoir de Barthélémi Joliette en 1940. La date de sa construction en 1828 est fausse et les historiens de Joliette ont recopié cette information sans la vérifier pendant longtemps. Et l’histoire du manoir de Peter-Charles Loedel n’est jamais évoquée.

L'Action Populaire 26 septembre 1940
L’Action Populaire 26 septembre 1940

Dans un contrat notarié du 27 août 1863 Peter-Charles Loedel et son épouse Marie Antoinette Tarrieu Taillant de Lanaudière ont mis leur propriété en garantie: un emplacement situé au Village d’Industrie borné par la rue du Moulin (Lanaudière aujourd’hui) et la rivière L’Assomption, d’un côté à Dame veuve Joliette (le manoir Joliette) et de l’autre côté par la rue Alfred et la ruelle conduisant au moulin à farine des Loedel avec bâtisses en pierre en partie démolie

Le manoir Loedel était en partie démoli en 1863 semble-t-il mais on ne sait pas pourquoi ni depuis quand. Le manoir Joliette a été vendu à la Congrégation Notre-Dame pour le transformer en école; le bâtiment a été agrandi mais les dernières traces des deux manoirs construits en 1826 ont disparu dans un incendie tragique en 1935. L’école des Mélèzes occupe aujourd’hui le site.

Le Canada 18 mai 1935
Le Canada 18 mai 1935
Carte du Québec

Laisser un commentaire