Un luxe à assumer

On se plaint de l’état des routes du Québec qui n’est pas toujours idéal mais le luxe ça coûte cher, il faut assumer. Au Québec on est 270 pour entretenir 1 kilomètre de route; en Europe ils sont 4.000 pour le même kilomètre. À Chertsey on a une autoroute en pleine nature où il n’y a presque jamais personne; ça coûte cher à entretenir!

Le Québec trop pauvre pour entretenir toutes ses routes

C’était un des titres du Journal de Montréal du 15 juin 2019. Peu importe que les chiffres soient exacts, ils nous donnent une idée du luxe que peut représenter le réseau routier québécois:

  • 270 personnes pour entretenir 1 kilomètre au Québec
  • 700 personnes en Ontario
  • 4.000 personnes environ en Europe
Photo Agence QMI, Simon Clark
Photo Agence QMI, S. Clark

On est presque vingt fois moins nombreux que les européens pour entretenir chaque kilomètre de route avec nos taxes. Parler du prix de l’essence n’est pas suffisant, il faut aussi calculer le prix de l’entretien des routes auquel tout le monde participe. Notre territoire est immense, il est essentiel de bien planifier.

Entretenir une autoroute comme celle qu’on a à Chertsey ça coûte forcément beaucoup plus cher qu’une voie simple. Depuis que j’habite Chertsey je me suis toujours demandé comment on en était arrivé à construire cette autoroute inutile au milieu de nulle part avant d’améliorer le tronçon de la route 125 entre St-Esprit et Ste-Julienne.

C’était sans doute une autre époque de politique partisane, aujourd’hui on réfléchit et on se rend compte que c’était une folie: il y a urgence climatique. En tout cas certains réfléchissent, pas tous malheureusement.

L'autoroute de Chertsey
L’autoroute de Chertsey

Un réseau luxueux

J’ai habité Nominingue dans les Hautes-Laurentides et j’ai sillonné le Québec dans tous les sens. Les routes sont souvent mal entretenues, c’est vrai, mais quel luxe que de pouvoir parcourir des kilomètres sans rencontrer personne, en pleine nature. On paye pour, autant en profiter.

Mais il faudrait arrêter de chialer quand la chaussée n’est pas parfaite. Et puis aussi arrêter de chialer quand on fait des réparations pour réparer la chaussée qui n’est pas parfaite! Et puis surtout on devrait rationaliser le réseau déjà existant plutôt que de construire toujours plus de routes. On a beau construire un château, si on n’est pas capable de l’entretenir il tombe vite en ruines.

Rte 125 l'accueil à Chertsey
Chertsey vous accueille, Rte 125

La réparation du pont Grégoire en est la preuve: il a été vite réparé mais je ne suis pas certain que ce sera durable.

Chertsey – St-Donat

La route 125 entre Chertsey et Saint-Donat est très large avec de longs tronçons à 4 voies totalement inutiles. Rationaliser le réseau existant consisterait à ramener la route à 2 voies avec certains tronçons à 3 voies pour le dépassement. L’entretien de la route coûterait déjà moins cher: c’est une dépense inutile et récurrente!

Et on pourrait peut-être ainsi dégager assez d’espace pour une piste cyclable avec de très beaux paysages entre Chertsey et Saint-Donat, pourquoi pas?

3 réflexions au sujet de “Un luxe à assumer”

    • Merci du compliment, je ne fais que raconter ce que j’observe autour de moi.
      J’ai signalé mon article aux journalistes du Journal de Montréal, le sujet me semble intéressant effectivement.

  1. Il ne faut pas oublier de mentionner que le maire Quenneville travaille fort avec les municipalités avoisinantes afin de persuader le gouvernement du Québec de prolonger l’autoroute 25 entre St-Esprit et Rawdon. Si ce projet va de l’avant, c’est près de 17 km de terre agricole et de forêt qui devraient être détruites. La raison énoncée par notre maire, est le décongestionnement du traffic à Ste-Julienne… les samedis !!!

    Avec le défis de l’urgence climatique, Il ne s’agit surtout pas de faire plus de route mais de diminuer drastiquement le transport personnel. Pour faire face aux défits définis par le GIÉC, il faudrait, d’après une certaine étude, diminuer de moitié la flotte automobile au Québec pour 2030.

Laisser un commentaire