Monument historique à vendre: l’Institut de Joliette

Il y a à Joliette sur la rue Manseau un bâtiment exceptionnel plus que centenaire qui ne ressemble à aucun autre: un temple grec en bois tout blanc. C’était un restaurant mais il était fermé et au mois de septembre une affiche à vendre a été posée devant l’ancien Institut d’Artisans et Association de bibliothèque du village d’Industrie.

Depuis 1909 c’était un bâtiment privé c’est donc l’occasion pour la ville de Joliette de sérieusement réfléchir à l’avenir de la plus vieille (?) et la plus originale des maisons du centre-ville. Il n’y en a pas d’autre comme celle là.

Sutton - C. Malouin
Sutton – Charles Malouin

Immeuble cité au répertoire culturel du Québec

Je ne suis pas le seul à trouver ce bâtiment exceptionnel, on en trouve de nombreux témoignages dans le temps:

L’Institut d’Artisans et Association de bibliothèque du Village d’Industrie a fonctionné de 1855 à 1909. Le bâtiment de la rue Manseau a été commencé en 1858 et terminé en 1868; la façade et l’extérieur ont été construits selon un plan du Père Joseph Michaud c.s.v. Il a été cité immeuble patrimonial en 2016 avec ce commentaire:

Plusieurs éléments architecturaux reflètent le style néoclassique, notamment les ouvertures placées de façon régulière et le toit qui avance en rappelant l’effet d’un fronton-pignon. Dès le premier regard, l’oeil est attiré par les lignes droites et symétriques accentuées par le toit en pente à deux versants, les fenêtres et les colonnes doriques. L’élégance du style convenait tout à fait à sa vocation. Encore aujourd’hui le bâtiment dégage une grande prestance.

Patrimoine Culturel du Québec
Les trésors des fabriques du diocèse de Joliette
Les trésors des fabriques du diocèse de Joliette – W. Corbeil

Histoire de l’Institut

La tradition musicale à Joliette - R. Locat

L’histoire de l’Institut a déjà été bien documentée. On peut lire en ligne Un portrait de la première association intellectuelle à Joliette (1856-1909) de Luc Richard ou Formation d’une culture élitaire dans une petite ville en industrialisation, Joliette 1860-1910 de Lysandre St-Pierre. Raymond Locat dans son histoire de La tradition musicale à Joliette rapporte beaucoup de détails à propos des concerts et spectacles qui ont eu lieu à L’Institut; on trouve un résumé du livre en ligne.

Voici le travail d’un ancien de la Société Historique de Joliette:

L’Institut Canadien de Montréal avait été fondé en 1844 et en 1851 le gouvernement avait adopté une loi pour autoriser les associations sociales ce qui a permis la création de plusieurs instituts en région. À une époque où les livres coûtaient cher, avant les bibliothèques publiques, ces associations permettaient de s’associer pour se les procurer et acheter des abonnements aux journaux.

Peter-Charles Lœdel
Peter-Charles Lœdel

Mais très vite Mgr Bourget et l’Église Catholique ont réagi pour encadrer ces associations dirigées par des rouges. En 1858 toutes les fondations de l’institut Canadien de Montréal au Québec étaient devenues des Instituts Nationaux dirigés par le clergé (sauf celui de Montréal). Les ouailles ne devaient pas pouvoir lire sans sa supervision.

Peter-Charles Lœdel un des membres fondateurs de l’Institut de Joliette était protestant ce qui ne posait pas de problème en 1855. En 1878 la constitution de l’Institut a été modifiée pour réserver ce privilège aux catholiques.

La bibliothèque de l’Institut

Dans un article de L’Étoile du Nord du 9 septembre 1948 le notaire S.-Alfred Lavallée ancien membre de l’Institut de Bibliothèque comme il l’appelle, raconte ses souvenirs. Malgré tous les efforts du clergé, la bibliothèque de l’Institut comportait encore plusieurs livres à l’index lors de la dissolution de l’association en 1909; des livres provenant de l’Institut Canadien qui n’avaient jamais été purgés.

Étoile du Nord 9 septembre 1948
Étoile du Nord 9 septembre 1948 (extrait)

La suite est instructive: personne ne lisait les livres, ils moisissaient dans la poussière! L’Institut qui au départ était le centre intellectuel de l’élite joliettaine était devenu un centre de loisirs où on venait jouer aux cartes et au billard. Et d’après le notaire Lavallée l’Institut disparu en 1909 avait été remplacé par l’association des Chevaliers de Colomb.

Étoile du Nord 9 septembre 1948
Étoile du Nord 9 septembre 1948 (extrait)

Le notaire S.-Alfred Lavallée remue les cendres de l’Institut

Étoile du Nord 9 septembre 1948
Étoile du Nord 9 septembre 1948

Le notaire S.-Alfred Lavallée habitait la maison voisine de l’Institut, aujourd’hui la brasserie Albion, construite par Alphonse Durand en 1908. Ils étaient tous les deux membres de l’Institut à sa dissolution.

Laisser un commentaire