Edward Scallon et le Village d’Entreprise

Edward Scallon a été le premier maire du village de L’industrie. Il possédait des moulins en amont sur la rivière L’Assomption où il a voulu fonder le village d’Entreprise, inspiré par l’exemple de Barthélémy Joliette. À sa mort on a célébré un fondateur et un bienfaiteur mais c’était aussi un capitaliste qui a fait fortune dans le commerce du bois.

Edouard Scallon était d’origine irlandaise, il est né en 1813; malingre de corps il avait une volonté de fer. Vers 1835-1837 il est arrivé à L’Industrie et a travaillé avec B. joliette. Dans un article de L’Étoile du Nord du 18 novembre 1915 récapitulant sa vie on apprend qu’il aurait construit 2 moulins et une distillerie de whisky avec lui vers 1837-1840 mais un incendie détruisit toutes les installations. Mais on ne sait pas où ils étaient situés.

Edward Scallon
E. Scallon 1864

Ce magnifique portrait d’E. Scallon est anonyme mais il est sans doute de W. Notman. Il date de 1864 année de son décès et il y a un autre portrait de sa fille adoptive dans la collection du musée McCord datant lui aussi de 1864 et signé par Notman (voir à la fin de l’article).

L'Étoile du Nord 18 novembre 1915
L’Étoile du Nord 18 novembre 1915

L’histoire du moulin des Sœurs

BANQ

Dans le livre St-Ambroise de Kildare, un village du Québec de J.-Claude Lapierre un chapitre est consacré au moulin des Sœurs. M. Scallon avait acheté de B. Joliette un terrain où il fit bâtir sur la rive sud-ouest de la rivière L’Assomption à quelques arpents du rang double, un moulin à scie et à farine. On voit sur la carte (1853) que le site coloré en rouge situé à une lieue (4 km) en amont du centre-ville de Joliette est exactement à la limite entre la seigneurie de Lanoraie et le canton de Kildare. Georgiana et Mary Cuthbert, seigneurs de Lanoraie avaient fait cession de leur droit sur la rive est de la rivière à E. Scallon devant notaire pour qu’il puisse bâtir ses installations.

La Maison Antoine Lacombe qui se trouve vis à vis de l’emplacement des moulins a été achetée par Scallon en 1860 mais il l’a revendue aussitôt (le Répertoire du Patrimoine du Québec dit qu’il y aurait habité de 1849 à 1862, c’est une erreur après vérification auprès des responsables des lieux).

Le moulin de M. Scallon était une entreprise considérable, sa position sur la rivière L’Assomption lui permettait de recevoir le bois qui était coupé à de grandes distances de là; les bûcherons dans les chantiers au nord du township de Kildare, de la seigneurie d’Ailleboust, du township de Brandon et d’autres plus au nord placaient leur bois sur la rivière l’Assomption et au printemps le dravaient jusqu’au moulin. Durant plusieurs années le nombre de billots sciés dépassait 20.000…

À quelques deux cents pieds en amont du moulin il y avait un pont qui reliait Ste-Julie à la Visitation et permettait de circuler facilement d’une rive à l’autre. Une fois les moulins abandonnés, les glaces ne mirent pas longtemps pour emporter ces ouvrages; pont et chaussée.

J.-Claude Lapierre

L’auteur ajoute qu’en 1914 une grosse distillerie de boisson frelatée fut démantelée dans les vestiges des moulins. On appelait ces moulins « moulins des Sœurs » car les Sœurs de la Providence en étaient devenues propriétaires pendant quelques années.

La Minerve 20 février 1855
La Minerve 20 février 1855

Les moulins du Village d’Entreprise

À la mort de B. Joliette en 1850 Scallon continue à administrer la ligne de chemin de fer construite par Joliette entre le Village de L’Industrie et Lanoraie. Il prend le contrôle du commerce du bois, devenant le patron régional.

La Minerve 13 février 1855
La Minerve 13 février 1855

En 1855 le journal La Minerve rapporte que Mr. Scallon du Village d’Entreprise a construit 2 moulins, un à farine, l’autre à avoine; il compte construire des moulins en tous genres pour enrichir le village d’Entreprise.

Les moulins à farine du Village d’Entreprise ont été construits avec le plus grand soin et sont tout à fait supérieurs dans leur genre. Il suffit pour s’en convaincre de savoir que le moulin à blé peut moudre 960 minots en 24h et le moulin à avoine 300 minots, n’offrant pas ainsi l’inconvénient de ces lenteurs et de ces retards que le cultivateur éprouve trop souvent dans les établissements semblables.

La Minerve 20 février 1855

Le 15 juillet 1853, la société d’exploitation forestière Scallon et Leprohon est constituée. Outre Scallon, elle groupe les principaux entrepreneurs de la région : Bernard-Henri Leprohon, Gaspard de Lanaudière et sa tante Marie-Charlotte Tarieu Taillant de Lanaudière, veuve de Barthélemy Joliette. La société exploite une ferme et plus de 120 milles carrés de forêt…

Grâce au commerce du bois, Édouard Scallon réussit à amasser une fortune importante évaluée lors de son décès, en 1864, à environ $100 000. La spéculation foncière l’a aussi intéressé et il fut probablement le plus important bailleur de fonds de la région. Il prêta même à la seigneuresse de Lavaltrie, Marie-Charlotte de Lanaudière, au taux fort élevé de 12 p. cent et prit une hypothèque sur dix de ses propriétés dont le fief de Lavaltrie lui-même.

Dictionnaire biographique du Canada

Le village de L’Entreprise n’a pas pu se développer si près du village de L’Industrie en plein essor. Le site a été abandonné et le rêve de Scallon s’est évanoui.

Maire de L’Industrie et bienfaiteur

Montreal Herald 2 novembre 1857
Montreal Herald 2 novembre 1857
La Minerve 3 décembre 1859
La Minerve 3 décembre 1859

En 1857 Scallon et son associé B. H. Leprohon vendent leurs limites de coupes de bois, 120 miles sur la rivière L’Assomption et ses tributaires.

En 1858 et 1859 Scallon vend ses moulins et encore d’autres droits de coupe de bois ; il se retire des affaires après avoir fait fortune.

Montreal Herald 21 juillet 1858
Montreal Herald 21 juillet 1858

En 1855 Scallon avait été le premier maire du village d’Industrie; après la mort de Joliette il était devenu le patron de la région, il connaissait parfaitement bien le fonctionnement du commerce du bois dont tout le monde dépendait.

Le Canadien 28 mars 1864
Le Canadien 28 mars 1864
L'Ordre: union catholique 31 décembre 1863
L’Ordre: union catholique 31 décembre 1863

À Joliette, il fut fondateur et président d’une « filiale » de l’Institut canadien de Montréal, l’Institut d’artisans et association de bibliothèque du village d’Industrie, fondé en 1858.

Par testament, Scallon légua à peu près toute sa fortune à la paroisse de Joliette pour la construction d’une école de métiers consacrée aux moins fortunés, et aux Sœurs de la Providence pour l’agrandissement de l’hôpital construit sur un terrain qu’il leur avait déjà concédé. L’École industrielle, qui ouvrit ses portes en 1884, devint après 1905 un « jardin d’enfants ».

Dictionnaire biographique du Canada

Il est décédé le 15 mars 1864, le journal Le Canadien lui consacre un article le 28 mars.

L'École Industrielle
Joliette Illustré 1893

La succession d’Édouard Scallon

La Minerve 31 mai 1864
La Minerve 31 mai 1864

Mathilde Ducondu son épouse et sa fille adoptive Hermine ont hérité de ses biens qui étaient encore considérables après tous ses dons de bienfaisance. Les moulins et les droits de coupe de bois subsistant (250 miles) ont été vendus à des investisseurs américains (Maine) qui se sont rendu compte un peu tard que 50 de ces 250 miles avaient déjà été concédés à un autre entrepreneur; les titres n’étaient pas clairs à cette époque.

Scallon avait donné une garantie et la cause Ducondu v. Dupuy s’est d’abord rendue en Cour Suprême du Canada puis les héritiers Scallon ont fait appel au Conseil Privé de Londres qui a renversé la décision de la Cour Suprême en 1883 pour leur donner le bénéfice du doute.

Miss H. Scallon
Miss H. Scallon 1864- W. Notman

En 1982 le gouvernement du Québec a promulgué la loi concernant la succession d’Edward Scallon. Elle règle un autre problème légal concernant le terrain de la chapelle de St-Joseph ou chapelle des Irlandais qui a servi de lieu de pèlerinage de 1876 à 1906 à Joliette.

Laisser un commentaire