L’art industriel des colonisateurs

J’habite à côté d’une petite chute sur la rivière Jean-Venne à Chertsey. Quand je suis arrivé je la trouvais parfaitement naturelle mais je me rends compte aujourd’hui qu’elle a été complètement modifiée pour amener l’eau aux moulins aménagés plus bas; la rivière aussi. C’est une sculpture, de l’art industriel du XIXème siècle.

C’est un curieux sentiment que de découvrir peu à peu que l’endroit qu’on habite a autrefois été un site industriel, surtout quand le paysage est aussi beau et semble au contraire parfaitement préservé.

On se rend compte du travail en regardant par exemple ce bloc de rocher dans la rivière. On voit très bien l’encoche qui a permis à un outil de l’extraire. C’est un très gros bloc mais il a été déplacé et parfaitement ajusté contre l’autre bloc pour former un barrage. Il faut toute une technique pour faire ça.

Une chute sculptée

En regardant du pont Grégoire on voit que la chute divise la rivière en 2 courants; mais ce n’est pas naturel.

Le pont Grégoire et la chute
Le pont Grégoire et la chute

Si on observe attentivement le rocher on voit très bien que le canal de droite a été taillé dans le rocher.

Sur le côté gauche une autre entaille a été faite et des travaux très importants ont permis de canaliser la rivière vers une fosse creusée dans le roc au pied de la chute où se trouvait sans doute la roue du moulin à scie dont on voit les vestiges un peu plus loin.

Les 2 entailles faites dans la chute sont exactement au même niveau, l’eau s’écoule toujours également des 2 côtés même quans la rivière est très basse.

En fait c’est toute la rivière qui a été aménagée. On voit que des blocs ont été enlevés pour élargir le canal principal de droite. Dans les tas de pierres qui sont au milieu de la rivière on trouve des blocs de mortier de plusieurs époques, vestiges des barrages.

Tous ces travaux ont été faits vers 1856 avec les moyens de l’époque. Ça représentait beaucoup de travail et un gros investissement. Ce n’est qu’une partie du site puisqu’il y avait un moulin à farine un peu plus bas et le moulin à scie de Cyrille Morin près du pont Rochon. C’était le centre industriel de Chertsey; la rivière Jean-Venne a été complètement modifiée entre les 2 ponts.

Il y a ausi des vestiges en amont du pont Grégoire. Au printemps 2019 le Ministère des Transports est venu réparer provisoirement le pont en déversant quelques chargements de roche sur le site. Il faut espérer que c’est réellement provisoire comme me l’a affirmé le maire de Chertsey. Pour le Ministère il ne s’agit que d’un pont, pour Chertsey il s’agit de son patrimoine historique.

Laisser un commentaire