Les Loyalistes de Rawdon

En juin 1837 alors que le Mouvement Patriote s’enflammait après le rejet des demandes du peuple canadien, les Loyalistes de Rawdon se réunissaient en assemblée pour demander des armes et des munitions. En 1849 lors d’une élection importante à Montréal la presse rapporte que les assommeurs de Rawdon sont descendus en ville soutenir le candidat tory contre L.-H. Lafontaine: ils ont apporté des fusils et des bâtons et n’hésitent pas à s’en servir.

Rawdon

Rawdon, forte de sa diversité, c’est la devise de cette municipalité.

Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes aujourd’hui mais au commencement la diversité était plutôt cause de divisions et d’affrontements. J’ignore si c’est volontairement qu’on évite d’aborder le sujet mais il faut bien constater qu’il n’y a pratiquement aucune information historique sur le site internet de la municipalité de Rawdon. Et pourtant son histoire est riche de sa diversité justement.

Pour trouver des informations sur les Loyalistes de Rawdon j’ai donc cherché dans la presse de l’époque.

The Settler

Assemblée anti-agitative de Rawdon

Au cours de l’été 1837 l’agitation était grande dans la Province de Québec surtout autour de Montréal, la crise se préparait. La population anglophone des alentours de Rawdon, isolée au milieu de territoires francophones, se sentait particulièrement menacée.

Voici le compte-rendu de l’assemblée anti-agitative tenue à Rawdon parue dans le journal Le Populaire du 14 juillet 1837.

Le Populaire 14 juillet 1837
Le Populaire 14 juillet 1837

Les loyaux irlandais qui forment une grande partie du township de Rawdon et les autres citoyens de cette partie florissante de la province témoignent en masse et publiquement du dégoût que doivent inspirer à toutes les âmes honnêtes les doctrines pernicieuses mises au jour par Mr. Papineau et ses courtisans.

Le 29 juin 1837 lors d’une assemblée tenue à Rawdon le Lieut. Col. Thomas Griffith de la milice de Rawdon a lu la proclamation du Gouverneur puis il a appelé le Major Robert Bagnall à présider l’assemblée.

10 résolutions ont été prises pour affirmer la loyauté des habitants de Rawdon. La milice de Rawdon est prête à défendre la couronne britannique.

Voici les noms de quelques officiers de la milice: les capitaines Martin Hobbs, H. Torney, D. Burns, John Green.

Le Lieut. Col. Griffith, le major Bagnall et le capitaine Hobbs ont été mandatés pour rédiger une adresse au gouverneur demandant des armes et des munitions pour le bataillon de milice de Rawdon.

Résolution 6Que cette assemblée porte témoignage de l’urbanité, des bonnes dispositions et de la loyauté de la plus grande portion de nos frères Canadiens et que nous devons, en conséquence, respecter leurs intérêts comme les notres propres.

Le journal Le Populaire rapporte la nouvelle en approuvant les résolutions sauf l’appel aux armes qu’il trouve prématuré et susceptible de mettre le feu aux poudres.

Le Populaire 17 juillet 1837
Le Populaire 17 juillet 1837

La réponse vient d’ailleurs rapidement 3 jours plus tard dans le même journal: pour chaque mousquet qu’ils auraient, les anti-coercitionnistes feraient valoir cent carabines.


Revue de presse 1833-1850

En faisant cette recherche dans la presse je me suis rendu compte que la diversité des populations qui ont fondé Rawdon était effectivement complexe: il y avait des irlandais catholiques et protestants, des écossais, des anglais, des américains et quelques canadiens; les relations n’étaient pas toujours faciles. Voici ce que j’ai trouvé:

The Settler 12 février 1833

The Settler 12 février 1833

Déjà en 1833 les habitants de Rawdon et Kildare ont affirmé leur loyauté dans une adresse à sa Majesté.

Dans « L’histoire de Lanaudière » (PUL) on apprend qu’en 1834 des rassemblements loyaux se sont tenus le 14 avril à Rawdon et le 28 avril à Kildare (je n’ai rien trouvé dans la presse). Le 29 juin 1837 se tient l’assemblée anti-agitative à Rawdon puis en novembre c’est la rébellion.

Montreal Herald 28 novembre 1837

Montreal Herald 28 novembre 1837

Thomas Griffith et Robert Bagnall sont nommés magistrats en pleine insurrection.

Le Populaire 22 décembre 1837

Le Populaire 22 décembre 1837

Papineau en fuite aperçu à Rawdon.

Le Populaire 7 février 1838

Le Populaire 7 février 1838

200 braves et loyaux irlandais réaffirment leur loyauté à l’invitation de leur curé Mr. McReavy. Ils sont anglophones mais quand même catholiques, ils doivent faire du zèle!

The Quebec Mercury 5 juin 1838

The Quebec Mercury 5 juin 1838

Les Volontaires loyalistes de Rawdon se sont cotisés pour transmettre la somme de 20£ pour la famille du Lieut. Col. Wetherall tué à la bataille de St-Charles.

History of Lower Canada R. Christie 1854

History of Lower Canada R. Christie

Le 12 avril 1838 le Quartier Général à Montréal décide de démobiliser les milices dont les Rawdon Loyal Volunteers.

L'Aurore des Canadas 19 novembre 1841

L’Ami du Peuple 16 janvier 1839

Lors d’une élection le colonel de la milice de Rawdon déclare que les catholiques n’avaient pas voix à donner dans la circonstance. Les irlandais catholiques de Rawdon ont dû se sentir pris entre 2 feux. Ça montre en tout cas que Thomas Griffith n’aimait pas les catholiques en général et explique pourquoi il a déménagé dans le Haut-Canada (et oui déjà).

1844 - Adresses au gouverneur

1844 – Adresses and replies

Adresse au gouverneur pour exprimer une nouvelle fois l’attachement des loyaux sujets de Rawdon à la Reine Victoria.

Le Journal de Québec 18 janvier 1849

Le Journal de Québec 18 janvier 1849

Les assommeurs de Rawdon sont descendus à Montréal pour les élections dans le district Saint-Jacques pour défendre le candidat tory et empêcher le réformiste Louis-Hippolyte Lafontaine d’être élu.

Les orangistes se rassemblent à l’hôtel Royal Oak rue Ste-Marie et la bagarre a lieu dans l’après-midi avec des fusils et des bâtons. 4 individus de Rawdon ont été arrêtés et conduits en prison.

Lafontaine est battu et devra se faire élire ailleurs dans un district du Haut-Canada.

The Quebec Mercury 6 août 1850

The Quebec Mercury 6 août 1850

Le Lieutenant Colonel Thomas Griffith a déménagé dans le Haut-Canada comme plusieurs des Loyalistes les plus irréductibles. Il y est décédé en 1850.

Montreal Herald 20 juin 1856

Montreal Herald 20 juin 1856

Les terres du colonel T. Griffith situées au centre du village de Rawdon sont à vendre.

Montreal Herald 23 décembre 1861

Montreal Herald 23 décembre 1861

Le fils du colonel Griffith est encore volontaire pour aller défendre Montréal en 1861.

La Gazette de Joliette 22 septembre 1869

La Gazette de Joliette 22 septembre 1869

En 1869 les compagnies de volontaires commencent à se diversifier; l’harmonie entre les langues et les religions est de mise.

Lors de l’enquête menée par le Parlement en 1856 sur la conduite d’Alexander Daly j’avais déjà trouvé quelques témoignages de ces tensions entre les différentes populations qui ont fondé Rawdon.

Beaucoup de familles protestantes ont quitté Rawdon vers cette époque alors que les colons canadiens arrivaient en masse. La co-habitation entre les catholiques canadiens et irlandais a sans doute été plus facile mais c’est une autre histoire.

L'ami du peuple, de l'ordre et des lois

Autres informations:

En rédigeant l’article Industry Village and Rawdon Railway j’ai aussi trouvé que J. H. Dorwin le principal entrepreneur forestier de Rawdon était un américain franc-maçon dans la même Loge que Peter Mc Gill, son associé en affaires: un loyaliste notoire.

Rapport du Commissaire des Terres de la Couronne 1856
Rapport du Commissaire des Terres de la Couronne 1856

Le site uptorawdon.com donne quelques informations sur les miliciens de Rawdon et Kildare:

Laisser un commentaire