Charlemagne and Lac Ouareau Lumber Co.

En 1891 Mr. Alexander McLaurin de la compagnie Charlemagne and Lac Ouareau Lumber Co. a invité un journaliste du Dominion Illustrated à venir visiter les installations de la compagnie depuis Charlemagne jusqu’aux chantiers du nord sur la rivière Ouareau en passant par le village de Montcalm aujourd’hui disparu. Le journaliste a publié un long reportage avec de nombreuses illustrations.

Le reportage s’intitule To the lumber regions et il donne une description des installations de la compagnie à Charlemagne, au village Montcalm de St-Liguori, à Rawdon, à Chertsey et au lac Ouareau. Voici les Charlemagne mills and lumber yards dessinés par Haberer au bord de la rivière L’Assomption à Charlemagne:

Dominion Illustrated 4 avril 1891

Les moulins de Charlemagne
Les moulins de Charlemagne

Le document est en anglais mais il est distrayant à lire. Un groupe de bourgeois invités par le directeur de la compagnie part en plein hiver de Montréal pour aller visiter les chantiers de coupe de bois du nord des Laurentides et vivre pendant quelques jours la vie des bûcherons.

Le journaliste va donner des informations sur la compagnie et ses installations au cours de son reportage.

Charlemagne and Lac Ouareau Lumber Co.

La compagnie a des réserves de bois à exploiter sur 325 miles carrés pour approvisionner ses moulins de Charlemagne. La distance de Montréal par Charlemagne jusqu’aux chantiers d’exploitation est de 70 miles.

Charlemagne mills

Les moulins de Charlemagne fonctionnaient à la vapeur; de 14 à 15 millions de pieds de bois flotté sur la rivière étaient traité chaque année.

Montcalm et Rawdon

Les voyageurs partent ensuite vers le nord en passant par St-Jacques. La culture du tabac y est la principale industrie mais on est au mois de février. On a ensuite des informations intéressantes sur le village de Montcalm qui n’existe plus aujourd’hui. Une illustration montre les maisons du village, les moulins et la rivière Ouareau. À Montcalm étaient localisés le magasin général de la compagnie et le bureau du comptable. Il y avait aussi un moulin à farine et un moulin à scie.

Le village de Montcalm

Le fichier original permet d’agrandir l’illustration:

Le village de Montcalm

À Rawdon le groupe de voyageurs a couché à l’hôtel de Mrs. Burns; le lendemain matin ils sont descendus en raquettes tout en-bas des chutes Dorwin. Descendre a été difficile, remonter encore plus!

Aux chutes Dorwin

C’est la fin du premier chapitre.

Dominion Illustrated 11 avril 1891

Parti le matin de Rawdon le groupe a fait halte au dépôt de provisions de la compagnie à Chertsey (où exactement?) pour se restaurer.

Lac Ouareau

Les chantiers de la compagnie se trouvaient au bord du lac Ouareau. On ne sait pas si le groupe a suivi un chemin de chantier le long de la rivière Ouareau ou pris le chemin direct de Chertsey à St-Donat. La route a été difficile, surtout quand il fallait croiser un autre véhicule.

L’illustration d’un bouleau en flammes, démonstration du danger des feux de forêt, est éclairante. Après un bon repas de chantier, une nuit courte avec réveil à 4h.

Lac Ouareau

La suite au prochain numéro.

Dominion Illustrated 18 avril 1891

Pour ce numéro le reportage de Haberer fait la une du magazine. Une grande illustration montre les techniques pour déplacer les billots sur la neige:

Ce troisième reportage décrit les techniques utilisées en 1891 pour abattre les arbres et les transporter. Elles sont encore rudimentaires. Après avoir été coupés les arbres sont glissés sur la neige jusqu’à la rivière où ils ont vu 20 à 30.000 billots empilés en attendant le printemps. On utilisait des boeufs et des chevaux pour tirer les charges.

Les bûcherons du Lac Ouareau

La production annuelle était d’environ 150.000 billots d’épinette en majeure partie mais aussi de pin et de mélèze.

Dominion Illustrated 25 avril 1891

Le journaliste Haberer continue son reportage en racontant la vie des bûcherons dans les chantiers. Il est accompagné du patron et tout le monde est très poli et gentil, c’est une vision un peu idéalisée de la vie dans les chantiers qui était assez rude. Il mange le meilleur pain qu’il ait jamais mangé et demande à M. McLaurin la permission d’en ramener à la maison; il parle aussi des délicieuses scotch buns. Les hommes parlaient français et anglais, c’était l’harmonie totale.

Le voyage de retour a été difficile jusqu’à Rawdon à cause de l’épaisseur de la neige. Après une autre visite des installations du village de Montcalm le retour jusqu’à Montréal par St-Jacques et le train de L’Épiphanie a été parsemé d’anecdotes moins intéressantes.

Voyage de retour
La fin du voyage

Fin du reportage.

Fondation de la Charlemagne & Lac Ouareau Lumber Co 1886

La compagnie Charlemagne & Lac Ouareau Lumber Co a été fondée en 1886 par John Dillon, Donald William Ross, Alexander McLaurin et William Ross. Le mandat de la compagnie était d’exploiter le bois sur la rivière Ouareau en améliorant les installations pour faire flotter le bois jusqu’à Charlemagne où se trouvaient les installations principales.

 Charlemagne & Lac Ouareau Lumber Co
Gazette de Québec 21 août 1886

Rapport de l’Assemblée sur les Terres et Forêts 1895

En 1895 Alexander McLaurin a été interrogé par une commission enquêtant sur le diamètre minimal des arbres à couper. La compagnie possédait alors 700 miles carrés de réserves de bois.

Les incendies de forêt étaient encore un problème important. 25 miles de terres à bois ont brûlé sur la rivière Dufresne à l’ouest du Lac Ouareau. A. McLaurin semble accuser Mr. Fisk qui a un moulin au lac Ouareau. On ne sait pas si il parle du lac Ouareau ou de la rivière Lacouareau.

Dans un autre document de 1897 on a d’autres détails sur les installations de la compagnie au village Montcalm. 3 moulins y sont décrits: un pour le clapboard pour les marchés américains, un pour la farine et un pour couper le bois des habitants.

La compagnie aurait cessé ses activités en 1916 selon la Société Historique de St-Donat et la Saint-Maurice Paper aurait pris la relève.

L’Assomption Lumber Company et la St-Maurice Paper

L’industrie du bois occupera pendant plusieurs décennies les donatiens. La première compagnie forestière à effectuer des coupes dans les forêts de Saint-Donat est L’Assomption Lumber Co. vers 1869. Elle exploitera un moulin à scie au confluent des rivières L’Assomption et des Prairies à Saint-Paul L’Ermite. Puis elle sera vendue à la Charlemagne & Lake Ouareau Lumber Co. Lorsque cette dernière compagnie cesse ses activités en 1916, La Saint-Maurice Paper prend la relève et ouvre un bureau au lac Ouareau.

Société Historique de St-Donat

Sur le site internet de la ville de Charlemagne on trouve un historique du moulin à scie de Charlemagne mais il n’est pas fait mention de la Charlemagne & Lac Ouareau Lumber Co.

À partir de 1867, la construction du moulin à scie de L’Assomption Lumber Company attire près de 200 travailleurs de l’industrie du bois. Ils habitent les logements de la compagnie ou achètent des places sur des terres voisines pour y construire leur résidence. Un village vient de naître, mais les services et infrastructures sont manquants en raison de son emplacement aux extrêmes limites de 3 municipalités : Lachenaie, Saint-Paul-l’Ermite et Repentigny.

Ville de Charlemagne

Pour connaître l’histoire de l’exploitation du bois de la forêt Ouareau avant 1867 lire:

Les premiers bûcherons de la forêt Ouareau

3 réflexions au sujet de “Charlemagne and Lac Ouareau Lumber Co.”

Laisser un commentaire