Les 150 ans de l’église St-Théodore de Chertsey

La « Belle Église » de Chertsey a été construite pendant l’été 1869, elle fêtera donc cette année son cent cinquantième anniversaire. Voici quelques informations sur son histoire.

Les premières églises de Chertsey

Avant que le village actuel de Chertsey n’existe une première chapelle, Notre-Dame de Bon-Secours, avait été construite en 1851 sur le rang 3 près de l’église actuelle. En 1859 le centre du village devait se faire au Village Lafontaine et une nouvelle église y avait été construite mais son emplacement était contesté par les nombreux habitants du rang 3 qui auraient préféré réparer la chapelle existante plus facile d’accès.

On trouve dans les archives plusieurs requêtes faites à l’évêché par les citoyens des 2 camps. À cause de la division l’église du Village Lafontaine n’avait jamais été terminée, en plus la sacristie avait été détruite par une tempête, il fallait faire des travaux.

En 1866 la municipalité reçut sa part de l’indemnisation découlant de l’abolition du régime seigneurial. Lors d’une assemblée du conseil municipal il est décidé de consacrer ces fonds à la construction des routes et des ponts et de remettre $1.800 à la Fabrique pour réparer l’église.

Registre de la municipalité de Chertsey
Registre de la municipalité de Chertsey – 1866

L’année 1866

Registre de la Fabrique de Chertsey
20 mai 1866

Il est difficile de reconstituer exactement tous les événements mais l’année 1866 fut riche en rebondissements. En 1865 un nouveau groupe de marguilliers avait été élu, renversant l’influence des notables du Village Lafontaine. Le 20 avril 1866 une nouvelle requête est envoyée à l’évêché signée par plus de 150 paroissiens pour réparer la chapelle plutôt que l’église du Village Lafontaine.

Dans le registre de la Fabrique de Saint-Théodore de Chertsey à la date du 20 mai des syndics sont nommés pour faire les plans, organiser les travaux et trouver les fonds. Le 3 septembre l’évêché donne enfin son accord et décrète que l’église du Village Lafontaine doit être démolie pour en construire une nouvelle sur le rang 3.

Registre de la Fabrique de Chertsey
30 septembre 1866
Registre de la Fabrique de Chertsey
30 septembre 1866

Le 30 septembre une assemblée est convoquée d’urgence au presbytère, les clefs de l’église ont été volées. Certains résidents du Village Lafontaine n’acceptent pas que leur église soit démolie (voir Histoire de Chertsey: fondation) et d’ailleurs certains deviendront protestants.

Je n’ai pas trouvé la date exacte de la démolition mais à la fin de l’année le registre de la Fabrique indique que les offices ne s’y tiennent plus. Jusqu’à la construction de la nouvelle église les assemblées et les offices ont lieu à la chapelle Bon-Secours puis au presbytère construit en 1868.

La construction

13 octobre 1867
13 octobre 1867

La vie n’est pas facile à cette époque à Chertsey, l’argent est rare et la construction va prendre plusieurs années. Le 3 avril 1867 Urgèle Perreault et François Archambault font donation des terrains où seront construits l’église et le presbytère. Le 13 octobre à une autre assemblée un plan est adopté: le curé A. H. Coutu et les marguilliers seront en charge des travaux, les paroissiens fourniront les matériaux et participeront à des corvées; le devis des matériaux et la répartition des corvées seront établis selon la valeur des propriétés. On souhaite construire une église en pierres.

Le presbytère est construit à partir de mai 1868 pour loger le curé;, il sert aussi aux offices. Il faudra encore une année avant que les travaux de l’église ne commencent. Le 9 mai 1869 le contrat de construction est signé par le curé A. H. Coutu avec 2 ouvriers de St-Jacques pour la construction de l’église qui se fait pendant l’été. Le 14 novembre la Fabrique décide de vendre les bancs d’avance pour 5 ans pour pouvoir payer les ouvriers et terminer les travaux avant l’hiver.

Le 6 décembre la cérémonie de bénédiction de l’église Saint-Théodore de Chertsey a lieu en présence des curés de la région.

Bénédiction de l’église – 6 décembre 1869

Voici quelques informations supplémentaires trouvées dans « l’Histoire de Chertsey » de Marcel Fournier.

  • En 1869 il y a 1345 habitants, 162 familles catholiques, 11 protestantes, 162 propriétaires
  • Coût total de construction de l’église et du presbytère $3.339: la Fabrique emprunte $1.800, les paroissiens fournissent $586, l’évêché $576 et la municipalité $232
  • Le bois de construction, du pin blanc équarri à la grande hache, a été coupé par Louis Dupuis au Lac à Ricard (ancien nom du lac Beaulac) et sorti par corvées
  • L’église a coûté $1.950, la balustrade, la chaire, les bancs et les statues ont été achetés de la paroisse St-Antoine-de-Lavaltrie pour $200
  • Le plan est semblable à celui de l’église de St-Alphonse construite en 1858, de style renaissance baroque italien

Saint-Théodore le mégalomartyr

Le saint patron de la paroisse de Chertsey est Théodore Tiron, mégalomartyr appelé aussi Théodore le Conscrit ou Théodore d’Amasée. Connu pour avoir tué un dragon, il fut brûlé et décapité pour sa foi. Le chanoine Théodore Plamondon de l’église Notre-Dame de Montréal aurait activement soutenu l’édification de la paroisse depuis sa création et la paroisse a été nommée en son honneur. Il a fait don d’un tableau à la Fabrique en 1882.

Saint-Théodore d'Amasée
Saint-Théodore d’Amasée

Saint-Théodore de Chertsey depuis 1869

Inauguration de l'église paroissiale
Inauguration de l'église paroissiale (2)

L’église était construite mais il restait beaucoup à faire pour la terminer. Le 25 octobre 1874 avait lieu la bénédiction de la cloche venue rejoindre la petite cloche de l’église du Village Lafontaine. En 1875 la voûte intérieure est posée; en 1891 c’est le jubé ($430).

L’église n’a pas été finie en pierres comme le souhaitaient les paroissiens, sans doute par manque de fonds. C’est une des rares églises en bois à ne pas avoir été détruite par un incendie.

C’est le 14 janvier 1897 qu’elle est vraiment terminée. L’architecte Martin d’Angeville Dostaler de Joliette a fait des travaux de décoration et de finition et une cérémonie a lieu pour « l’inauguration de l’église paroissiale », ce qui est assez curieux puisque l’église a déjà près de 30 ans.

L’entretien de l’église

  • Le 4 février 1905 un incendie détruit les dépendances du presbytère; la Fabrique décide d’en construire un plus gros terminé en 1906
  • 1935 travaux: nouveau revêtement extérieur, peinture, doublage de la voûte intérieure, paratonnerre – $1.000
  • 1945 installation de l’électricité – $1.075
  • 1951 chauffage à l’eau chaude – $10.000
  • 1978 le beau presbytère construit en 1906 nécessite d’importants travaux, le second étage n’est plus habitable; la Fabrique choisit de le démolir pour en construire un nouveau
  • 1993 importants travaux de restauration pour la préparation du 125ème anniversaire (1994) qui dureront jusqu’en 1997 grâce à la mobilisation de toute la communauté – $122.000

Les terrains de la Fabrique

Les terrains où ont été construits l’église et le presbytère avaient été donnés par U. Perreault et F. Archambault. La Fabrique en a cédé une première partie à la Municipalité de Chertsey pour construire le garage municipal en 1971. En 1986 elle en a cédé une deuxième partie pour la construction de l’Hotel de Ville. Elle a finalement cédé l’église elle-même à la municipalité en 2013, incapable d’en assumer la charge.

Le devis de construction de l’église (1869)

1.- Faire un solage de pierre de 108 pieds de longueur, 50 pieds de largeur, 2 ½ de hauteur et 2 ½ d’épaisseur et tous les piliers nécessaires aussi en pierre pour appuyer les colonnes et les lampourdes, lesquels piliers devraient avoir trois pieds carrés à la base.
2.- Tailler et lever la charpente de l’église et du clocher, deux lanternes, d’après le plan du comble et du clocher de l’église de Sainte-Julienne en laissant, tout autour cinq pouces de solage hors de la sole pour pouvoir lambrisser en briques.
3.- Couvrir l’église en planches d’épinette embouffetées en bardeau, poser le chapeau en fer blanc et couvrir le clocher de fer blanc en ajoutant au haut de la flèche une croix de 8 pieds de longueur, peinte en noir. La souche du clocher devra avoir 5 pieds au- dessus du faîte de l’église. Elle sera couverte en planches et en bardeaux.
4.- Lambrisser l’église extérieurement en planches d’épinette brutes et poser sur les joints une tringue de 3 pouces de largeur.
5.- Faire le plancher en madriers d’épinette de 2 pouces, embouffetés, tous les joints blanchis et haussés de 4 pouces à la place des bancs puis de 18 pouces pour le chœur en y faisant deux degrés pour y monter.
6.- Enduire intérieurement le carré et les pignons de l’église de deux couches de niveau avec les poteaux.
7.- Faire toutes les ouvertures (25). Les châssis en madriers de deux pouces, vitres pointes, mastiqués, peints de trois couches en blanc de plomb, posés entre deux quarts de rond qui seront arrêtés avec des vis de la boisure devra déborder le poteau à l’extérieur de 4 pouces pour recevoir la brique. L’assemblage des portes sera en madriers de pin de 3 pouces. Elles seront faites, posées, peintes et imitées comme celles de l’église de Saint-Alexis, la partie ronde sera vitrée – elles devront aussi excéder le poteau de quatre pouces pour recevoir la brique – elles ouvriront en dehors avec des clanches fortes et propres (pour ouvrir plan du Saint-Esprit).
8.- Refaire, placer et agrandir les bancs de 6 pouces poser la balustrade qui sera fournie toute faite.
9.- Faire le rond-point pour le chœur, lequel sera enduit des deux côtés de deux couches, et faire, derrière le rond-point, les planchers de haut de la sacristie en madriers d’épinette de deux pouces embouffetés blanchis en dessous et les joints blanchis, puis faire et poser deux portes dans le rond-point, une de chaque côté de l’autel.
10.- Le tout fait de bons matériaux, l’église et le fond du clocher couverts de manière à ce que la neige et l’eau ne pénètrent pas à l’intérieur.
11.- Le tout aux frais des entrepreneurs, excepté le bois de charpente, la pierre et le transport de la chaux.
12.- Les entrepreneurs s’engagent à avoir monsieur Léon Magnan pour tailler et lever l’église à condition que je le nourrisse pendant ce temps.
13.- Le tout se fera d’après la direction du curé qui aura la liberté de faire quelques changements pourvu que ce soit à peu près de même valeur.
14.- Ses paiements se feront à mesure que les travaux avanceront.
15.- Poser les stalles et faire le perron de l’église sur la largeur de l’église et 10 pouces de profondeur.
16.- Tous les ouvrages ci-haut seront faits pour la somme de dix-huit cent cinquante piastres payable dans le cours des travaux.
Fait et passé à Saint-Jacques-le-Majeur le 19 avril 1869 en présence des
entrepreneurs messieurs Célestin Coder (Coderre) et Narcisse Lajeunesse, et
de monsieur le curé de Saint-Jacques et de monsieur le vicaire, témoin.
P.S. l’église livrable à la Toussaint 1869.

Démolition du presbytère - 1978
Démolition du presbytère – 1978

Commentez cet article