La sociocratie au village

La démocratie n’est pas parfaite et certains cherchent les moyens de l’améliorer: démocratie participative, démocratie délibérative, sociocratie… En fait pour que la démocratie fonctionne il faut d’abord que les citoyens participent à la vie politique. Dans mon village un comité citoyen tente de s’organiser selon les principes de la sociocratie mais le concept semble trop abstrait pour mobiliser la population. Pourquoi faire si compliqué quand on pourrait faire simple?

La démocratie réinventée

La crise climatique le démontre, la démocratie a ses limites; les scientifiques ont beau nous prouver que la crise est grave les gouvernements démocratiques doivent produire de la croissance pour être réélus. Comment réinventer la démocratie pour redonner l’initiative aux citoyens?

La sociocratie expliquée (2)
La sociocratie expliquée

La sociocratie a été théorisée dans les années 70 par G. Endenburg pour dynamiser l’organisation de l’entreprise qu’il dirigeait. Il s’agit donc d’un concept de management pour optimiser le fonctionnement d’une organisation. L’informatique a redécouvert ce concept d’organisation décentralisée qui dynamise l’organisation pyramidale traditionnelle. Mais dans une société commerciale le but est clair: faire de l’argent. Et la sociocratie ne change pas la hiérarchie de l’organisation, le patron reste le patron.

Alors la sociocratie peut-elle réinventer la démocratie?

La sociocratie en politique

La sociocratie expliquée (1)
La sociocratie expliquée

Comme la sociocratie a été pensée pour dynamiser l’entreprise, elle suppose une hiérarchie; le CA qui est le cercle supérieur dans l’organisation remplace donc le patron pour que le système puisse fonctionner. Le principal reproche fait à la sociocratie politique dans la littérature est cette inégalité de statut des membres selon le niveau hiérarchique des cercles de l’organisation.

À mon avis il y a un autre problème majeur. La sociocratie remplace le consensus de la majorité par le consentement unanime. Pour un problème opérationnel (faire fonctionner un logiciel) on peut arriver à un consentement unanime en se basant sur des critères objectifs de performance. C’est très différent en politique où le consentement unanime signifie plutôt la recherche du compromis le moins contraignant; les critères sont subjectifs.

La sociocratie en pratique

Donc depuis plusieurs années un groupe de citoyens de Chertsey construit un comité sur les principes de la sociocratie. Je suis devenu membre il y a 1 an et je reçois la correspondance envoyée aux membres. Voici mes constatations.

La sociocratie expliquée (3)
La sociocratie expliquée

Le comité comprend une quinzaine de membres actifs mais il semble avoir de la difficulté à trouver de nouveaux adhérents. Toutes les réunions tournent depuis 1 an autour de la définition de la sociocratie, de la gouvernance et des règlements; ça semble compliqué de s’organiser à 15.

Pendant qu’on s’interroge sur les statuts la vie continue à Chertsey: consultations publiques sur les barrages, sur le parc municipal… Mais le comité n’a pas le temps ni les moyens de s’en occuper. Sa mission est plutôt d’organiser la vie sociale que de participer à la vie politique municipale. C’est ce que je n’avais pas compris l’an passé quand j’ai adhéré au comité et payé ma cotisation; le CA me l’a vite fait savoir (mais on ne m’a pas remboursé).

Améliorer la stratégie

Si je devais établir une stratégie de communication pour mobiliser mon village autour d’un projet je choisirais des moyens simples compréhensibles par tous pouvant rassembler un maximum de membres. Pourquoi réinventer la démocratie? La sociocratie peut sans doute être utile une fois l’organisation créée pour dynamiser et décentraliser le travail des différents groupes. Mais ça n’améliore pas la démocratie, ça fait juste l’alourdir avec des procédures utiles à une grosse organisation, pas un petit comité de village.

Déjà que la démocratie c’est pas simple, la sociocratie c’est encore plus compliqué. Pour adhérer au comité il va falloir assister à une réunion pour se faire expliquer en détails le fonctionnement des cercles, des liens, des rôles. Pas sûr que tout le monde comprenne du premier coup, il va falloir un test!

Comment espérer mobiliser un village de cette manière? On n’est pas sur le Plateau Mont-Royal.

Caricature: les grands prêtres de la sociocratie (les membres du CA) vont enseigner le catéchisme aux néophytes pour les préparer à faire leur profession de foi afin de recevoir le baptême et être admis dans la communauté des élus.

Histoire de la sociocratie
Histoire de la sociocratie – Photo s3.lateral.be

Photo du haut: couverture du livre La Démocratie Se Meurt Vive La Sociocratie de Gilles Charest

2 réflexions au sujet de “La sociocratie au village”

  1. Quand la forme occulte le contenu.
    Le constat proposé par Guillaume m’apparaît selon moi assez juste. La façon pour lui de l’exprimer est sans doute dérangeante car elle est sans inhibitions, directe, voire possiblement un peu abrupte quoique très bien explicitée dans son texte.
    Je crois que le Comité des citoyennes et citoyens de Chertsey (CCCC), plutôt que de rejeter d’emblée, pareille analyse de lui-même, pourrait au contraire s’y arrêter et se poser la question de son attractivité.
    Il semble bien que le CCCC ne parvienne pas à se ramifier, s’étendre et entrer dans les foyers du village dont il ne veut que du bien pourtant. Même si porté par une noble intention, il ne réussit pas à susciter l’engouement salutaire. Fort de son expertise ( et de ses exigences) en matière de sociocratie, il fait au contraire figure de club élitiste inpiré par un dogme où la population ne se retrouve vraisemblablement pas.
    Et l’analogie de Guillaume avec le cathéchisme me semble appropriée. Pour faire partie du CCCC, il faut prêter allégeance à la sociocratie, voire suivre des formations en la matière. J’exagère à peine.
    Dans un contexte de désengagement social tous azimuts, je ne suis pas sûr que l’approche soit apte à renverser la vapeur.

    Répondre
  2. En ce qui me concerne, je ne suis pas convaincue de la pertinence pour le CCCC de passer autant de temps à travailler sur son mode de fonctionnement. Surtout qu’étant un très petit groupe, le CCCC pourrait profiter du contexte pour se permettre beaucoup plus de liberté et d’ouverture. Je m’explique.

    Il a été décidé que les membres aient seulement deux minutes pour dire leur point de vue sur un sujet proposé lors des réunions. Cela peut donner l’impression que les décisions ont déjà été prises par le CA et qu’il leur reste juste à convaincre les autres membres d’aller dans la même direction qu’eux. Cela pourrait donner effectivement l’impression d’un club élitiste, même vu de l’intérieur.

    Surtout que, il a aussi été décidé que ceux qui discutaient, partageaient les fruits de leurs recherches et leurs réflexions par courriel devaient dorénavant seulement le faire lors des réunions. Deux minutes me semble bien insuffisant pour approfondir un sujet et prendre des décisions éclairées. Personnellement, j’ai besoin de dormir dessus au moins une nuit. Je m’abstiens automatiquement d’amener mon point de vue sur une proposition que je n’ai pas eu le temps de mûrir.

    Je me questionne aussi sur la pertinence du nom actuel du Comité des Citoyennes et Citoyens de Chertsey puisqu’en communication, on se présente d’abord par son nom et il doit être signifiant pour l’extérieur. Si le CCCC se nommait plutôt Cercle Convivial des Citoyen(ne)s de Chertsey cela représenterait déjà mieux son mode de fonctionnement sociocratique et sa mission. Je m’explique.

    Si je demande à un passant au hasard, c’est quoi le Comité citoyen d’une municipalité pour toi? Il y a de bonnes chances que cette personne me réponde que c’est un organisme qui défend les intérêts des citoyens, dans les cas où des politiques ou règlements adoptés par leur municipalité est contraire à leur intérêt. Il serait probablement assez surpris d’apprendre qu’il ressemble à un club social dont les membres veulent faire des projets en partenariat avec leur municipalité.

    Quoi qu’il en soit, je trouve tout de même très constructif qu’un groupe de chertsois travaillent avec la municipalité pour organiser des projets. La Fête citoyenne de Chertsey n’existeraient probablement pas sans le CCCC. Il y a aussi les vidéos des séances du conseil que j’apprécie beaucoup. Ce sont de belles réalisations et de bonnes occasions pour les chertsois de tisser des liens entre eux et de développer un sentiment d’appartenance fort.

    Répondre

Laisser un commentaire