L’Évangile selon Mark Z.

Les philosophes dénonçaient la religion, opium du peuple. La religion a passé, nous sommes libres de conscience, mais ça laisse un vide existentiel difficile à combler. Et puis Facebook est arrivé: « aimons-nous les uns les autres », a annoncé Mark Z.
Petite farce pour mes amis Facebook.

Le monde était devenu complexe, chacun devait avoir un ordinateur et vivre branché, mais comment faire, personne ne nous avait appris.

Aimez-vous les uns les autres

La Bonne Nouvelle a commencé à se répandre en 2004. Quelque part en Amérique des Amis participaient à un grand projet universel pour sauver le monde. Des écologistes, des humanitaires, les gens les plus branchés, tous étaient transfigurés, ils avaient eu la révélation.

Ils avaient trouvé la solution pour nous sauver de la nouvelle Tour de Babel en train de se construire autour de l’internet: parler un langage unique sur une plateforme unique où les hommes pourront se comprendre et s’aimer les uns les autres sans arrière-pensées.

La prédication

Jésus avait livré le même message mais, le pauvre, il ne disposait pas des moyens de diffusion modernes. Cette fois la Bonne Nouvelle a été entendue par le monde entier en quelques années annoncée par l’évangéliste Mark Z. inspiré par l’Algorithme Saint. Après les précurseurs, les gouvernements, les compagnies, le commun des mortels, tout le monde a eu la révélation et s’est fait baptiser.

On peut maintenant aimer tout le monde et sa bouteille de ketchup, il suffit d’appuyer sur un petit bouton. Enfin une religion simple et pas trop exigeante!

La révolution

Les réseaux sociaux ont changé notre vie et la politique. Je suis Charlie a été le déclencheur pour beaucoup. On pouvait encore s’affirmer et agir sur le monde. Des soulèvements sociaux ont eu lieu partout sur la planète, des combats humanitaires, chaque fois c’était grâce aux réseaux sociaux.

Le monde allait enfin changer pour le mieux, la technologie allait nous sauver de la crise écologique. La ville, les transports, tout devenait intelligent, les voitures étaient vertes.

Malheureusement il y a eu quelques problèmes, des hackers, des espions, des machines qu’on ne contrôle plus, le paradis semble plus difficile à atteindre que prévu. Les forces du Mal résistent.

Le doute

Pourtant depuis le début il y avait des incroyants. Quelques illuminés disaient que c’était une fausse religion, l’adoration du Veau d’Or, un commerce. L’Église catholique a pris des siècles pour devenir riche, notre nouveau Pape n’a mis que quelques années, c’est quand même louche.

Quand on dirige une assemblée de fidèles universelle on a du pouvoir. Les fidèles qui viennent se confesser à toute heure du jour peuvent être automatiquement dirigés dans la bonne voie, l’Algorithme Saint va les éclairer.

Mais l’algorithme c’est quoi, il mène où?

Et puis un jour les fidèles ont réalisé que le Grand Satan, Poutine, et beaucoup de petits diables écoutaient eux aussi leurs confessions. Tant que c’était le Bon Dieu ça allait mais là c’est le doute. Qu’est-ce qui se passe au juste?

Finir en mouton

Les religions quand elles prennent le pouvoir temporel finissent par traiter leurs fidèles comme un troupeau. C’est plus facile si tout le monde marche ensemble dans la même direction mais si il y a un précipice tous les moutons tombent dedans, comme les moutons de Panurge.

Twitter, Facebook, ce ne sont pas juste des divertissements. Participer à un questionnaire futile et transmettre toutes ses données au propriétaire de l’application, on est libre de le faire. Mais si on transmet aussi les données de ses amis ce n’est plus un jeu, les amis ne sont peut-être pas d’accord. C’est ce que quelques milliers d’américains viennent de comprendre: les quelques milliers avaient 50 millions d’amis, une bonne pêche pour le concepteur de l’application.

Lui il s’est fait prendre, le sujet est trop politique. Mais il vaut mieux imaginer comment nos données peuvent être utilisées avant de les disséminer n’importe où. Maintenant elles servent aussi à traquer notre famille et nos amis, à nous faire acheter des produits et à nous faire voter pour le bon candidat. Tout ce qu’on a fait est enregistré et pourra être utilisé un jour.

Conduire une voiture c’est dangereux et il faut un permis.
Naviguer sur internet c’est dangereux aussi, à quand le permis.

Pour ceux qui ne comprennent toujours pas, ils peuvent lire la chronique d’Yves Boisvert: Le génie de Facebook est sorti de la bouteille

Le pauvre Mark n’a pas fini de s’excuser, il ressemble vraiment de plus en plus au Pape.

Plus sérieusement, j’ai écrit un article pour expliquer pourquoi je n’aime pas les boutons j’aime

Commentez cet article