La vidange du lac Jasper

Le 16 octobre au matin un déluge d’eau est passé devant chez moi dans la rivière Jean-Venne, le niveau de l’eau est brusquement monté et une eau boueuse descendait la rivière. Deux heures plus tard la débâcle était passée et la rivière reprenait son cours normal. Le gestionnaire du barrage du lac Jasper en amont a fait la vidange de son lac pour l’hiver: tout un choc pour l’écosystème!

Lorsqu’il y a des orages le niveau de l’eau monte progressivement puis il baisse pendant plusieurs jours. Ce matin-là le niveau est monté d’un coup et quelques heures plus tard il était redevenu normal. J’ai d’abord cru qu’un barrage avait lâché car je n’avais jamais vu ça. J’ai donc été vérifier en amont mais tout était normal. La seule explication possible c’est que comme la saison estivale est terminée le gestionnaire du barrage du lac Jasper avait vidangé son lac pour l’hiver: il a juste enlevé le bouchon sans se préoccuper de ce qui se passerait en aval.

C’est la première fois que je remarque un tel déluge quand il le fait, c’est impressionnant. Je m’en suis rendu compte parce que la rivière s’est soudain mise à faire autant de bruit qu’au printemps. J’ai immédiatement été voir ce qui se passait: une eau noire et boueuse passait par la chute, le flux a nettoyé et emporté tout ce qui traînait d’un seul coup.

Rivière Jean-Venne 17 octobre

Au point que les vestiges de bois des moulins que j’avais sortis de la vase cet été et qui étaient sur la berge ont presque tous été emportés; je ne m’attendais pas à ce que le niveau de l’eau monte brusquement d’un pied à l’automne, je les avais entassés pour les ramasser avant l’hiver. On voit sur la photo quelques morceaux restés accrochés dans les rochers: la rivière est bien montée d’au moins un pied!


Politique de gestion des barrages

La municipalité de Chertsey a tenu au printemps 2019 une consultation publique sur la gestion des barrages pour en assurer la sécurité. En consultant le projet de politique je constate qu’il n’est fait aucune mention de la gestion environnementale des barrages en fonction de la préservation de l’écosystème des rivières. Je me demande donc comment ça se passe, qui décide de vider le lac ou de le remplir et selon quelles conditions.

Il me semble évident qu’il serait plus écologique même si ça demande plus de travail de monter et baisser le niveau du barrage progressivement pendant plusieurs jours pour que le choc sur l’écosystème de la rivière soit amoindri: une gestion intelligente tenant compte de l’ensemble du bassin de la rivière.

Surtout qu’il s’agit d’un lac artificiel! On n’aurait plus le droit de modifier une rivière à ce point aujourd’hui, il faudrait donc minimiser son impact environnemental autant que possible.

Réponse de la municipalité

J’ai avisé la municipalité et voici la réponse que j’ai reçu:

Nous avons été vérifié au lac petit lac Jasper et le propriétaire du barrage a enlevé les planches afin de le vider comme à chaque année avant la période hivernale.

Le directeur du service des travaux publics

Tout est normal donc, c’est la façon dont on vide le lac à tous les ans, je n’avais jamais remarqué.

10 réflexions au sujet de “La vidange du lac Jasper”

  1. Bonjour, le simple fait que cela puisse se produire sans que les riverains en soit avisé indique clairement qu’une politique de gestion des barrages est plus que nécessaire. J’habite en face de chez vous (nouveau voisin) et je me baigne autant que je peux l’été.

    Imaginez, qu’un été après une très bonne pluie que ce gestionnaire décide que son lac est trop plein et qu’il doive en faire la vidange. Il pourrait y avoir des conséquences très grave. Il faut vraiment se foutre carrément des gens pour agir ainsi.

  2. Suite à l’article de Guillaume, je suis allé voir le barrage en question, sa porte est effet complétement levée…
    Je me demande à quoi ont pensé ceux qui en sont responsables. Par quelle autorité s’arroge t-on le droit de risquer de boulverser l’écosystème en aval (et même en amont… ) de ce barrage?
    Au-delà de la politique de gestion des barrages de Chertsey, il y a le Ministère de l’environnement et la «Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune». J’ai cherché brièvement un article traitant du sujet et j’ai trouvé celui apparaîssant à l’adresse internet suivante:
    https://www.erudit.org/fr/revues/cd1/2010-v51-n3-4-cd4010/045735ar/
    «Selon les articles 128.6 et 128.7 de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, celui qui veut « faire une activité susceptible de modifier un élément biologique, physique ou chimique propre à l’habitat de l’animal ou du poisson[25] » doit demander une autorisation au MRNF, à l’exception, par exemple, des travaux d’entretien et de surveillance d’un barrage[26].»
    Il est de plus précisé, sur le site suivant
    http://legisquebec.gouv.qc.ca/fr/ShowDoc/cr/C-61.1,%20r.%2018/
    que « Cette interdiction de l’article 128.6 ne s’applique pas à une personne qui effectue, dans un habitat du poisson, des travaux nécessaires à l’exploitation d’un barrage, construit conformément à la loi, notamment ceux concernant son entretien ou sa surveillance, à l’exception des travaux effectués principalement dans le but de vidanger les sédiments accumulés dans la retenue du barrage.»
    Ce bout de phrase «à l’exception […] dans la retenue du barrage» me semble révélateur d’une apparente non conformité dans le processus et cette opération de vidangeage serait donc interdite. Maintenant, les responsables ont-ils eu l’aval du MRNF? J’en suis moins sûr, connaissant le côté tatilleux de ce ministère.
    N’étant pas avocat spécialisé en environnement, je propose, seulement, que le doute existe quant au respect des loi dans cette démarche.

  3. La réponse de la municipalité confirme que c’est comme ça qu’on a toujours fait. Personne ne s’est jamais plaint et personne n’a jamais réfléchi que c’était un choc très violent pour l’écosystème.
    Le directeur des Travaux Publics m’a quand même envoyé un 2ème message pour me dire: « Je vais voir avec le gestionnaire la possibilité d’abaisser le lac de façon graduelle pour la prochaine fois ».

  4. «Personne ne s’est jamais plaint et personne n’a jamais réfléchi»… Ce serait une bonne habitude à prendre mais je conviens qu’il n’est pas évident de changer des façons de faire qui prévalent depuis des décennies. Bon, il semble quele dir des TP a saisi le message. Une fois de plus, la participation citoyenne contribue à faire évoluer les moeurs.

  5. Très bonne nouvelle mais on va devoir attendre l’année prochaine pour en être certain. Je suis curieux de savoir si le dir des TP a réussi à parler au gestionnaire de ce barrage et les conclusions du dialogue.

    • Le site Gens de Chertsey a publié hier un article sur la gestion des barrages de Chertsey. J’y ai appris que le barrage du lac Jasper appartient à un particulier qui en assure la gestion:
      Le propriétaire du barrage du Lac Jasper à décidé de vider le lac d’abord supposément pour une question d’assurances, et ensuite, pour qu’il ne soit plus considéré à « forte contenance ». Il a fait une demande au MELCC et a eu, en 2016, une « Autorisation de cessation définitive d’un barrage ». Ainsi, il évite tous les frais d’études et de réparations qui doivent être faites par des firmes spécialisées, et ce, à des coûts astronomiques.

      • Le paragraphe que vous citez a été modifié sur le site, pour éviter qu’il soit mal interprété. Il se lit maintenant comme suit:

        «De ce que nous avons compris suite aux dires du maire, le propriétaire du barrage du Lac Jasper (No X0004282) à décidé de vider le lac d’abord supposément pour une question d’assurances, et ensuite, pour qu’il ne soit plus considéré à « forte contenance ». Il a fait une demande au MELCC et a eu, en 2016, une « Autorisation de cessation définitive d’un barrage ». Si c’est bien le cas, il évite tous les frais d’études et de réparations qui doivent être faites par des firmes spécialisées, et ce, à des coûts astronomiques.*»

  6. J’ai regardé sur Google satellite, il y a une dizaine de résidents riverains qui doivent être déçus d’avoir vu leur lac disparaître. De plus, suite à l’information que Gens de Chertsey apporte concernant l’intention du propriétaire qui veut éviter de débourser beaucoup d’argent, il semble peu probable que ce lac revienne un jour. Je peux le comprendre même si tout le monde y perd. Je me souviens d’y avoir vu des jeunes s’y baignant et qui n’habitaient vraisemblablement pas une maison sur le bord de ce lac. Pour une fois que la notion de Bien commun était respectée, voilà que l’objet partagé n’existe plus…

    • Le lac va être rempli l’année prochaine et les autres années d’après ce que j’ai compris. C’est ça qui est bizarre avec cette histoire: même si on le vide en hiver la contenance du lac est toujours la même en été. Il me semble qu’il n’a pas été rempli pendant 1 ou 2 étés mais cette année il était revenu comme avant ou presque (à moins qu’ils l’aient rempli juste assez pour ne plus être considéré comme « à forte contenance »?).

  7. Hé bien, s’il est rempli en été, tant mieux. Espérons que le proprio se souviendra de ne pas ouvrir les portes toutes grandes la prochaine fois qu’il voudra le vider. J’imagine que s’il éprouve le besoin de le faire, c’est pour éviter une trop grande pression et probablement une détérioration/destruction de la porte due à la glace.

Laisser un commentaire