La réserve de la biodiversité Joly de Lotbinière

Henry Gustave Joly de Lotbinière aimait sa forêt seigneuriale, c’est un des premiers écologistes du Québec. Les Amis de la forêt seigneuriale de Lotbinière proposent de transformer une partie de cette forêt en réserve de la biodiversité. Pour le gouvernement québécois ce serait un geste symbolique fort que de participer activement à ce projet et montrer qu’il a compris que la forêt n’a pas seulement une valeur économique.

Henri-Gustave Joly de Lotbiniere
H. G. Joly de Lotbinière (BANQ)

Sur le site du ministère des Forêts on apprend que le mois de mai est le mois de l’arbre et des forêts, une tradition qui remonte à 1882, date de création officielle du jour de la fête des arbres au Québec par son inscription dans la Loi sur les terres et les forêts du gouvernement du Québec.

Cet article souligne le travail de H. G. Joly de Lotbinière pour l’adoption de l’acte pour encourager la culture des arbres forestiers de 1882. En 1889 revenant des États-Unis il pourra dire:

C’est la province de Québec qui a donné l’exemple à la Puissance; c’est elle qui la première a célébré la Fête des Arbres; elle doit avoir à cœur de la conserver précieusement comme l’une de ses institutions, en travaillant à la rendre de plus en plus générale dans nos campagnes.

Acte pour encourager la culture des arbres forestiers – 1882

Acte pour encourager la culture des arbres forestiers

Dans le même article on lit: en 1940 reprise de la fête des arbres par l’Association forestière québécoise. Au fil des ans, les festivités soulignant les arbres dans les différentes régions du Québec passeront d’une journée à une semaine complète.

Fête des arbres 1946 Berthierville
Fête des arbres 1946 Berthierville (BANQ)

L’article du ministère nous dit qu’en 2022 on fête encore le mois de l’arbre en mai mais ça fait longtemps que tout le monde a oublié ces traditions. Les nouvelles qu’on a de l’industrie forestière ne sont pas très positive en général.

La dernière seigneuresse de Lotbinière

J’avais documenté la place de H. G. Joly de Lotbinière dans l’histoire de l’écologie québécoise en faisant la recherche sur l’histoire de nos forêts. En lisant l’article de Radio-Canada d’aujourd’hui sur la dernière seigneuresse de Lotbinière et les Amis de la Forêt seigneuriale j’ai appris l’histoire attristante de sa forêt.

Edmond le dernier descendant Joly de Lotbinière voulait en faire une forêt expérimentale puisqu’elle avait été protégée et entretenue depuis 1672 par la famille Lotbinière. Après qu’il se soit entendu avec le gouvernement fédéral, le gouvernement provincial a décidé en 1967 de l’exproprier pour s’occuper de la forêt expérimentale lui-même.

Forêt expérimentale

Les seigneuries étaient déjà abolies depuis 1854, ce n’est donc pas une seigneurie que le gouvernement a exproprié mais une propriété privée, les terres non concédées de l’ancienne seigneurie et qui faisaient partie de la compensation alors accordée aux seigneurs. Normalement quand un gouvernement exproprie une propriété privée c’est pour une cause majeure d’utilité publique.

Les gouvernements se sont chicanés pour en faire une forêt expérimentale mais en 2022 le constat est que la forêt a été saccagée par des coupes à blanc. Il suffit de regarder les photos aériennes de l’article de Radio-Canada, avant en 1979 et après en 2015:

Réserve de biodiversité dans la Forêt de la Seigneurie de Lotbinière

Il y aurait beaucoup d’autres forêts à préserver au Québec, la forêt de la seigneurie de Lotbinière est particulièrement symbolique. Elle a été transmise au gouvernement du Québec en pleine santé après avoir été entretenue depuis 1672 par la même famille Lotbinière. Henri Gustave Joly de Lotbinière a été premier ministre du Québec et un précurseur dans le souci d’une saine gestion de la forêt pour les générations futures.

Le manoir de Lotbinière
Le manoir de Lotbinière (BANQ)

Nos deux paliers de gouvernement se sont disputés cet héritage et le gouvernement du Québec l’a dilapidé stupidement. Si aujourd’hui des organismes régionaux se mobilisent pour réparer le passé, le gouvernement du Québec devrait comprendre que la perte de quelques billots de bois sera facilement compensée par un geste symbolique fort montrant qu’il est sérieux dans son virage écologique.

L’association des Amis de la Forêt Seigneuriale Lotbinière a publié un historique de la forêt sur son site internet avec des photos:

L’acte de 1882

Déjà en 1882 les exploitants eux-mêmes s’étaient rendu compte que la gestion de la forêt québécoise était contreproductive. Voici ce que j’écrivais dans l’article Histoire de notre forêt:

En 1882 lors de l’American Forestry Congress tenu à Montréal (voir la biographie de James Little) un groupe d’exploitants forestiers commence à faire des recommandations au gouvernement. Henri Joly de Lotbinière dépose la « Loi pour encourager la culture des arbres forestiers ». Un congé scolaire est établi pour la « Fête des arbres », les politiciens et le clergé se mobilisent pour sensibiliser la population à l’importance de la forêt. Mais la fête n’intéresse pas vraiment, le congé scolaire est aboli en 1892 et le tout tombe dans l’oubli.

L'enseignement primaire mai 1885
L’enseignement primaire mai 1885 (BANQ)

Quelques règlements timides sont quand même adoptés (diamètre minimal des têtes porté à 12″ puis 10″ puis 8″), une première réserve est établie en Outaouais pour protéger les plus belles pinèdes du Québec. Mais dès 1888 la réserve est abolie par un nouveau gouvernement face à la pression des exploitants et des colons.

L'enseignement primaire mai 1885
L’enseignement primaire mai 1885 (BANQ)

Tous les beaux gros arbres avaient été coupés et l’industrie forestière était en crise. Elle a pu revivre et recommencer ses ravages en exploitant le reste de la forêt avec des machines plus puissantes pour faire de la pulpe de papier et aujourd’hui il ne reste presque plus rien à couper.

Pourtant le territoire est grand, c’est le moins qu’on puisse dire!

Henri Gustave Joly de Lotbinière protestant

Sur le site de la BANQ il y a un document intitulé Dossier bibliographique de Sir Henri-Gustave Joly de Lotbinière. On y apprend qu’il est né à Épernay en France et qu’il était protestant, c’est le seul premier ministre du Québec:

Henri Gustave Joly de LotbinièreHenri Gustave Joly de Lotbinière

Laisser un commentaire