De l’acceptabilité sociale

Qu’est-ce que l’acceptabilité sociale, le gouvernement du Québec vient de publier un livre vert pour nous l’expliquer: information, consultation, partage des bénéfices, écoute des souhaits des citoyens. Le maire de Chertsey en parle souvent à propos de la forêt car il est concerné. Pourtant il a décidé de faire un nouveau parc public dans un lieu habité sans consulter personne.

L’acceptabilité un concept flou

L’acceptabilité sociale est un nouveau concept à la mode qui mérite qu’on y réfléchisse un peu. Nous vivons en société et nous devons donc accepter certaines limites à notre liberté d’agir. La culture et la politique sont les moyens d’y arriver et de construire notre civilisation.

Un politicien est élu pour prendre des décisions, aménager une ville ne peut pas se faire en plaisant à tout le monde, son mandat est le bien de la majorité de ses électeurs. Doit-il consulter avant de prendre une décision ou a-t-il été élu pour décider, c’est le problème.

Le nouveau Parc des Cascades Rochon se trouve dans un lieu habité, il va forcément déranger quelques voisins et amener du trafic dans le secteur. Comment balancer la tranquillité de quelques résidents et la création d’un parc public profitant à tous ?

La vraie question à se poser est si c’est vraiment le meilleur endroit pour faire un parc puisque Chertsey a réellement besoin d’une plage publique. Le meilleur moyen de le savoir aurait été de consulter la population.

Bien commun vs propriété privée

Pour construire le Paris que nous connaissons aujourd’hui le baron Haussmann a détruit des quartiers entiers et expulsé les pauvres du centre. C’était totalement inacceptable socialement et aujourd’hui nous trouvons ça formidable.

Commentaires à l'annonce du Parc des Cascades Rochon
Les commentaires des amis de la municipalité

Créer un nouveau parc dans un lieu habité ou couper la forêt sur les terres publiques revient au même. Il y a des perdants et des gagnants, certains que ça dérange et d’autres qui en profitent. Et c’est pour ça que nous élisons des représentants, les élus, pour trancher. Ils doivent prendre la meilleure décision pour le bien commun.

En lisant les commentaires sur la page Facebook de la municipalité à l’annonce du projet on ne peut pas dire que c’est l’enthousiasme. On comprend que les gens voulaient une plage et que le projet leur semble farfelu puisqu’on ne pourra pas se baigner, c’est trop dangereux. Si le maire avait consulté on aurait pu le lui dire.

Des groupes de pression

La forêt du Québec est gérée par le gouvernement du Québec (et du Canada). L’article du site La Forêt à Cœur  « Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs : le Roi est nu » explique à quel point c’est catastrophique. Des groupes de pression se sont créés et ont éveillé les consciences. Le film « L’Erreur boréale » a eu un impact médiatique majeur et la population commence à comprendre les enjeux. La forêt de Chertsey est aussi concernée, on ne peut pas avoir le tourisme et l’industrie sur le même territoire, il faut choisir.

Le problème des groupes de pression est qu’ils adoptent vite une attitude extrémiste, c’est tout ou rien. La politique serait plutôt l’art du compromis. Les forêts de Lanaudière ont été exploitées depuis 1800 mais la Forêt Ouareau est magiquement devenue une forêt primaire vierge dans l’esprit de certains. Le résultat est qu’en voulant tout on n’a rien au final.

Les Amis de la Forêt OuareauJe me suis intéressé à l’Association des Amis de la Ouareau dont je suis membre depuis le début. J’ai assisté à l’assemblée de fondation où il y avait une trentaine de personnes, je crois. On parle régulièrement de l’association dans les médias mais est-elle vraiment représentative de quelque chose ? Il semble qu’il n’y ait pas grand monde pour s’en occuper, 3 ou 4 personnes au maximum. Car c’est facile d’être Ami de la Forêt Ouareau sur Facebook mais c’est pas ça qui sauvera les forêts du monde, c’est la politique et un changement de mode de vie.

Les groupes de pression sont nécessaires pour éveiller les consciences mais ils ne remplaceront jamais la politique. Ou alors c’est la loi du plus fort. Les résidents voisins du Parc des Cascades Rochon sont peu nombreux, pas organisés, sans moyen. Les résidents du 9ème Lac de Chertsey sont quelques uns, il y a des grosses propriétés dans leur secteur, leurs moyens de pression sont un peu plus efficaces. Ça ne peut pas marcher comme ça.

Politique municipale

Election municipale Chertsey

Les élections municipales approchent et nous allons élire nos représentants pour les 4 prochaines années. Le maire de Chertsey est certainement un homme honnête et intelligent. Pourtant à la fin de son mandat il me laisse l’impression d’un Don Quichotte se battant contre des moulins à vent. Il a été élu pour écouter les citoyens de Chertsey et répondre à leurs demandes. Il a mis toute son énergie sur la gestion des forêts du Québec et il n’y a pas moyen de lui parler, il ne répond pas.

Si nous voulons changer la politique de gestion des forêts du Québec il faut élire des députés provinciaux et fédéraux qui vont pouvoir changer quelque chose. Si M. Surprenant veut faire partie d’un groupe de pression c’est son droit. Il pourrait aussi se faire élire député pour porter son message au Parlement. Mais si il veut être maire il faut qu’il se concentre sur la politique municipale et que ses administrés puissent lui parler.

Le Parc Rochon, acceptable ?

Le Parc des Cascades Rochon serait acceptable socialement si il répondait à un réel besoin. La demande des citoyens est une plage publique, Chertsey compte une centaine de lacs mais aucun n’est accessible au public. On ne pourra pas se baigner dans le nouveau parc, c’est même dangereux.

Le Parc des Cascades Rochon
La Chute-à-Morin

Jamais personne n’avait demandé un parc à cet endroit. Il semble que le maire a eu une idée un jour pour régler le problème que créaient quelques fêtards. Au lieu de régler le problème ça risque de l’empirer, c’est très difficile à comprendre. J’imagine que le reste du conseil municipal lui a dit que c’était génial et il a foncé sans consulter les voisins concernés.

M. Rochon qui habite à côté parle de la Chute-à-Morin. Est-ce un hommage rendu à la famille Rochon que de nommer le Parc en son honneur ? On ne sait pas, on improvise.

Quand on n’est que quelques uns que ça dérange c’est dur de se faire entendre. Il va falloir créer « l’Association de Défense de la Rivière Jean-Venne ».

1 commentaires sur “De l’acceptabilité sociale”

  1. Décembre 2018,
    De l’eau a coulé sous les ponts de la rivière Jean-Venne depuis l’ancienne administration du maire Surprenant. Une nouvelle administration a été élue, plus centrée sur l’économie que sur l’écologie. En décembre 2018, lors de l’assemblée du conseil municipal, nous avons appris que le règlement d’emprunt pour la création du parc Rochon était abrogé. Normal puisque le vote populaire a dit NON au projet. Mais voilà que cette décision risque fort de se retourner contre les citoyens amoureux de cette belle nature libre et sauvage. En effet, le maire a candidement admis que ce site était l’objet de convoitise de spéculateurs immobiliers. Il n’a pas endossé une proposition (la mienne) qui demandait à ce que ce lieu soit préservé de tout développement qui risquât de le substituer à l’usage populaire ( en d’autres mots, de le privatiser). C’est pourtant ce qui risque fort d’arriver si rien n’est fait. Il n’a pas davantage réagit quand je lui ai demandé s’il serait possible de conserver ne serait-ce qu’une bande d’une vingtaine (+ ou -) de mètres le long des chutes.
    Alors oui, la création de «l’Association de Défense de la Rivière Jean-Venne » me semble un impératif si le bien commun est encore une valeur d’actualité. Ne serait-il pas possible d’ inclure cet endroit dans la Forêt Ouareau, en tant qu’aire protégée?

Commentez cet article