L’utopie anarchiste: internet

Internet est un système décentralisé sans hiérarchie, sans loi, où toutes les voix sont égales: la définition même de l’anarchie. C’est l’armée américaine qui a mis en place ce système pour décentraliser ses communications; elle n’en imaginait pas toutes les conséquences. Internet a révolutionné le monde en quelques années: communiquer, explorer, découvrir, tout est devenu plus facile, accessible et gratuit.

Dans un monde idéal internet aurait été un outil de communication et d’éducation formidable; malheureusement nous ne vivons pas dans un monde idéal. L’espace utopique d’internet a vite reproduit, en les accentuant, les tensions et les injustices du monde réel. Et comme il n’y a pas de loi c’est la loi de la jungle qui prévaut.

En 2021 internet c’est aussi le piratage, le vol des données personnelles, l’intimidation sur les réseaux sociaux, le complotisme, la cyber-guerre… L’utopie se transforme en cauchemar comme beaucoup d’autres avant elle.

L’anarchie mise en place par des militaires et des capitalistes

Les anarchistes sont des utopistes, ils croient que naturellement les humains aiment leur prochain; on n’a pas besoin de lois quand chacun ne cherche que le bonheur de l’humanité. Des militaires et des capitalistes ont inventé une façon de récupérer leur créativité et leur naïveté en créant un nouvel espace virtuel, internet. On peut dire que c’est le legs de la civilisation américaine à l’Humanité: un système décentralisé sans hiérarchie établie.

Jamais les armées russe, chinoise ou française n’auraient pu imaginer ça.

Cyber défense

C’était quand même un pari risqué. L’administration et l’armée américaines commencent à s’inquiéter: elles sont les premières à se faire pirater et manipuler. Les conséquences sont lourdes et affectent toute la société.

Une insécurité généralisée

Pas besoin d’être complotiste pour se sentir en danger permanent. Quand on utilise un ordinateur sans être un expert en sécurité on sait bien qu’on est en danger. C’est la loi de la jungle aussitôt qu’on pénètre l’espace virtuel.

Au début ça ressemblait à un jouet: remplir un formulaire pour tester son QI, c’est amusant. Puis on a compris que ça servait juste à mieux nous cataloguer. Un jour on apprend qu’on s’est fait voler ses données personnelles, on lit des histoires de vols d’identité: on dort moins bien la nuit. Et c’est encore pire pour les compagnies et les administrations, tout le monde est affecté. Ça ne peut quand même pas durer.

Le système ne sera jamais sécuritaire, on peut l’utiliser mais pas TOUT connecter dessus et se laisser mener par lui.

La fin de l’internet ouvert

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée disait A. de Musset.

V. Poutine hésite. L’économie russe a besoin des réseaux sociaux et des moteurs de recherche mais ils diffusent des informations qui critiquent son régime. La télévision et les journaux sont bien contrôlés mais c’est inutile, la jeunesse russe s’informe sur internet. Elle étouffe.

Le palais de Poutine

La Chine a moins besoin des services américains et a déjà commencé à contrôler son internet, la porte se referme. Ces 2 pays font le calcul que pour l’instant c’est aux démocraties que l’internet fait le plus mal, ils essaient donc de contrôler l’information chez eux sans fermer totalement la porte qui leur est bien utile.

Beaucoup de pays commencent à se demander si c’était bien sage d’ouvrir toutes grandes les portes de tous leurs placards. C’est pratique, on communique facilement mais tout le monde peut en profiter gratuitement pour venir fouiller dans nos affaires.

L’internet anarchiste décentralisé et sans hiérarchie semble tirer à sa fin. C’est dommage, l’utopie était tellement formidable:

  • accès à l’information et donc à l’éducation égal pour tous
  • démocratie directe permettant à tous les groupes de se faire entendre, même les plus petites communautés
  • exploitation intelligente des ressources de la Terre
  • répartition et utilisation intelligente de ces ressources
  • etc.

Plus le monde devient abstrait plus les utopies sont dévastatrices. Le fascisme et le communisme se sont transformés en cauchemar. Le néo-libéralisme dont internet est l’aboutissement logique montre ses limites: ce n’est qu’une autre utopie et les utopies sont dangereuses.

Laisser un commentaire