L’électrification des campagnes 1945

La Coopérative d’électricite de Montcalm-Nord a été la première à être fondée à St-Émile et Chertsey en 1945 tout de suite après l’adoption de la loi sur l’électrification des campagnes votée par le gouvernement Duplessis. Pour des compagnies privées, construire un réseau dans des campagnes très peu peuplées n’était pas rentable, il a fallu que les citoyens s’impliquent et l’intervention de l’État.

Le moulin électrique de St-Émile

Le village de St-Émile de Montcalm

Le curé J.-Avila Gariépy avait déjà construit une petite centrale électrique à St-Émile en 1934 en utilisant le pouvoir d’eau du moulin de Jos. Provost. La rue Provost se trouve à côté de l’hôtel de ville et je suppose que le moulin était en face là où il y a un pont couvert. L’installation avait brûlé en 1936 mais il l’avait reconstruite et et il l’améliorait pour faire profiter les fermiers de sa paroisse de l’énergie électrique. Quand la loi a été votée il était prêt à déposer un projet avec ses paroissiens et ceux de Chertsey pour profiter des nouveaux avantages.

La première coopérative d’électricité dans Québec

L'Action Populaire 13 septembre 1945
L’Action Populaire 13 septembre 1945

La loi pour l’électrification des campagnes a été adoptée le 24 mai 1945 et dès le 12 août 1945 la Coopérative d’électricité de Montcalm-Nord est fondée.

Le 26 août le conseil d’administration de la coopérative est nommé: Léo Dupuis, de Chertsey, président, Henri Riopel, de Saint-Émile, vice-président, J.-A. Gariépy, curé de Saint-Émile, secrétaire-gérant, Henri Lévesque, directeur, de Rawdon, Wilfrid Daviault, directeur, Joseph Latendresse, de Chertsey, directeur, Gaston Rochon, de Chertsey, directeur.

L'Action Populaire 13 décembre 1945
L’Action Populaire 13 décembre 1945

La loi a donné des pouvoirs aux coopératives pour exproprier les terrains nécessaires au passage des lignes et il finance une bonne partie des travaux.

Le branchement principal se fait sur le chemin Pontbriand, l’électricité est fournie par la Gatineau Power et sa centrale de Rawdon. Il y a 706 poteaux de 35 pieds minimum de Rawdon à St-Émile en passant par Chertsey. Les poteaux sont enfoncés 5½ pieds, dans la roche souvent, et il a fallu défricher sur 30 pieds de large. 90% des salaires ont été versés à des travailleurs locaux. « Dès 1945 le siège social de la coopérative d’électricité… était sur la rue Principale, à l’arrière de la Landromat, propriété des Entreprises Flageol » (M. Fournier).

La bénédiction des poteaux a eu lieu en 1947:

L'Action Populaire 7 août 1947
L’Action Populaire 7 août 1947

En 1963 la Coopérative a été acquise par Hydro-Québec.

La loi pour l’électrification des campagnes

Dans l’article L’électrification du monde rural québécois Marie-Josée Dorion raconte l’histoire de la lutte qu’ont menée les gens des campagnes pour avoir accès à ce service essentiel. Le Québec était très en retard par rapport à l’Ontario et c’est devenu un enjeu politique. Le gouvernement libéral d’Adélard Godbout élu en 1939 a créé Hydro-Québec avec pour mission de bâtir un réseau rural public mais il n’a pas eu le temps de réaliser ce plan. En 1944 Maurice Duplessis est élu et il fait adopter la loi pour l’électrification des campagnes en 1945 qui crée l’Office de l’électrification rurale. La responsabilité du réseau est remise à des coopératives qui doivent se former dans les villages; une grande partie du financement est public mais chaque réseau se développe indépendamment sans coordination.

Ce débat n’est pas sans rappeler celui de l’accès à internet. Si c’est un service essentiel le gouvernement devrait légiférer pour aider l’accès universel dans les régions (et pour protéger la sécurité des usagers).

1 réflexion au sujet de “L’électrification des campagnes 1945”

Laisser un commentaire