La Cyprine d’amour de Nelligan

La Cyprine d’amour, cheveux épars, chairs nues / S’étalait à sa proue, au soleil excessif. Le poème « Le Vaisseau d’or » d’Émile Nelligan est enseigné à l’école primaire. J’imagine le professeur en train d’expliquer à ses élèves: la Cyprine, mes enfants, est le liquide sécrété à l’entrée du vagin de la femme lorsqu’elle est en état d’excitation sexuelle!

En cherchant un peu plus loin que Wikipedia on trouve que dans la mythologie romaine, et plus particulièrement à Chypre, ce terme désignait Vénus. C’est parce qu’il fait référence à la déesse de l’Amour que le mot cyprine a pris ce deuxième sens.

En tout cas ça ajoute une dimension très érotique au poème. À cette époque aussi l’attrait et le tourment du sexe existaient mais ils étaient particulièrement durs à vivre dans la société catholique conservatrice de l’époque.

Eugène Seers alias Louis Dantin

Eugène Seers - Louis Dantin

Les poèmes de Nelligan n’auraient sans doute jamais été édités sans le travail d’Eugène Seers alias Louis Dantin. Ayant fréquenté Nelligan pendant la rédaction de ses poèmes c’est lui qui rassemble tous les documents après l’internement de Nelligan à l’asile St-Benoît. Il choisit les meilleurs poèmes pour composer un recueil court afin de faire connaître l’auteur et remet le reste des documents à sa famille.

Nelligan, beau comme un cœur
Beau comme un cœur (Dantin)

Une étude critique récente va jusqu’à dire que Seers aurait grandement amélioré les poèmes bruts de l’adolescent Nelligan. C’est possible car Eugène Seers est un personnage hors du commun dont on reparle beaucoup en critique littéraire actuellement. Mystique à 16 ans, docteur en philosophie, supérieur des Pères du Saint-Sacrement à Paris à 28 ans, il défroque après des inconduites sexuelles (et la perte de la Foi). Caché comme un proscrit au couvent des Pères rue Mont-Royal à Montréal il est chargé du journal de la communauté quand il fait la connaissance de Nelligan en 1897. Il devra de nouveau s’exiler en 1903 à Boston après une autre inconduite; il y vivra jusqu’à sa mort en 1945 et sera le principal critique littéraire du Canada Français de cette époque.

Nelligan pas fou mais homosexuel

Nelligan à l'asile
Nelligan à l’asile

Dans une société bourgeoise la différence n’est pas tolérée; les homosexuels finissaient souvent à l’asile à l’époque. Nelligan a en plus été fortement impressionné par le mythe du poète fou qui a habité tout le XIXème siècle, un génie ne peut pas avoir un destin banal.

Gaétan Dostie dans les Archives Gaies du Québec parle du « tabou persistant de l’homosexualité littéraire, le cas Nelligan-Dantin ». Il cite le premier biographe de Dantin (et son ami):

Verlaine était un sodomiste, si je ne me trompe. Sodomie et absinthe, voilà une belle paire de vices. Dantin, lui aussi, fut un homosexuel, mais je ne le dirais pas dans mon article. On me crierait que j’ai menti. Cependant j’ai des lettres écrites à lui par des fifis.

Gabriel Nadeau
Charles Gill
Charles Gill

Dantin aurait à cette époque tenu un petit commerce «religieux» rue Saint-Denis où il pouvait recevoir ses jeunes amis: Nelligan, Arthur de Bussières, Charles Gill… Ça swinguait pas mal du côté de chez les Pères du Très-Saint-Sacrement rue Mont-Royal.

Arthur de Bussières
Arthur de Bussières

Nelligan aurait préféré se faire interner que de vivre une vie ordinaire. Dantin-Seers a dû s’exiler car la société le rejetait. Défroqué, libertin il est un des précurseurs de la lutte pour la laïcité et la liberté de pensée dont nous jouissons aujourd’hui au Québec. Il aurait été « sodomite » mais il a aussi eu plusieurs enfants avec plusieurs femmes. Il a même vécu quelques années à Boston avec une femme noire. Tout un personnage à découvrir!

Un Éros tendu

La Cyprine n’avait peut-être pas encore le sens très cru qu’il a aujourd’hui, c’était une image poétique de l’Amour. Mais ça reste une image très érotique et il me semble que cette image est rarement mise en avant. Dans toutes les analyses du poème que j’ai trouvées personne ne s’arrête sur la signification du mot Cyprine, comme si il était évident. Alfred Laliberté est plus évocateur, on a presque l’impression de sentir.

Alfred Laliberté: le vaisseau d'or
Alfred Laliberté: le vaisseau d’or 1911

Dans un article de la revue gaie Fugues j’ai trouvé cette autre information (à confirmer): « Un jour Courteau fouille dans les archives Nelligan aux Archives Nationales où il trouve une ébauche du Vaisseau d’Or où il est question dès les premières strophes d’un Éros tendu. »

C’est peut-être Dantin qui a remplacé cette image trop parlante par un stéréotype poétique plus politiquement correct, la Cyprine d’amour.


Références:

Catégories Lectures

Laisser un commentaire