2017 année fatidique

Il y a 10 ans on nous disait que 2017 serait le point de non-retour, si nous n’avions pas changé notre mode de vie d’ici là nous aurions atteint le point de bascule climatique et la planète deviendrait rapidement chaotique, inhabitable pour la majorité. Est-ce déjà là, si vite, ou encore quelques années de répit ?


RéchauffementLe climat est une notion très abstraite pour une population mondiale de plus en plus urbaine. Les autochtones du nord canadien eux ont une relation plus intime avec la nature et ils sont les témoins privilégiés des changements en cours. La banquise arctique qui fond c’est pas une farce, les conséquences sont déjà évidentes. Il faudra des millénaires pour refaire la banquise.

Les enfants de 1988

La première conférence mondiale sur le climat ayant mené à un consensus sur l’urgence de transformer notre mode de vie pour sauver la Les enfants de 1988planète date de 1988. Les jeunes nés depuis cette époque ont vu se succéder les réunions, les traités, les bonnes intentions, et puis en 2016 on leur annonce que tous les records d’émission de Co2 ont encore été battus, qu’on va encore battre le record de l’année la plus chaude (youpi !), qu’on va essayer d’augmenter la croissance en 2017 pour que tout le monde soit heureux, que surtout il ne faut rien changer au système « tout va très bien madame la marquise ».

Les points de bascule

La climatologie est abstraite et on ne peut pas faire d’expérience pour La forêt amazoniennevérifier des hypothèses mais on peut étudier le passé. Et le passé montre qu’il existe des points de bascule qui ont entraîné des changements brutaux. J’ai relevé quelques exemples de ce qui pourrait arriver:

  • Arrêt de la mousson alimentée par le contraste de température entre l’océan et le continent
  • Panne du Gulf Stream causée par la fonte du Groenland
  • Perte de la forêt amazonienne causée par la sécheresse
  • Dégel du permafrost sibérien et canadien libérant des quantités phénoménales de Co2 et méthane

Chacun de ces points serait catastrophique pour la planète indépendamment des autres, quant à savoir où est le point de rupture pour chacun ce serait assez suicidaire de l’expérimenter. Comme il semble plutôt que tous les signaux sont au rouge depuis presque 30 ans aujourd’hui on se demande des fois si tout le monde est sourd et aveugle ?

Le décalage

Conférence de Paris objectif +2 degrés: si tout le monde respecte ses engagements (ligne grise) il faudra être prêts en 2030 à éliminer tous nos rejets (ligne rouge) ce qui est utopique!

Ce qui rend le réchauffement climatique très sournois c’est qu’on ne se rend pas vraiment compte des conséquences. On a eu un très bel été 2016 et on aurait eu mauvaise part de s’en plaindre. Le réchauffement qu’on connaît aujourd’hui est le résultat de la pollution du 19ème et du 20ème siècles , même si on avait arrêté toutes les industries en l’an 2000 ce serait presque pareil. Or nous continuons à toujours polluer plus. La pollution que nous créons aujourd’hui s’ajoute pour amplifier le problème, chaque année perdue rendra la situation plus chaotique pour les suivants et la solution plus problématique.

Les calculs et les statistiques dans ce domaine sont très difficilement vérifiables mais le consensus des scientifiques est qu’un réchauffement de 2°C est le maximum que nous pourrions « expérimenter » et c’est l’objectif visé par les traités. Beaucoup pensent que c’est déjà trop tard et qu’on se dirige plutôt vers +4°C et même +6°C même si on commençait aujourd’hui à diminuer les émissions, ce qui n’est pas du tout le cas.

Réveillez-vous

reveillez-vous
Comme les Témoins de Jéhovah il faut se réveiller!

Trump, Hollande, Trudeau, Fillion, ce ne sont pas eux qui vont nous sauver. On a déjà trop attendu et plus on attend plus ce sera difficile de changer de cap. Il faut se rendre à l’évidence qu’on fonce droit dans le mur. La technique qui devait nous servir pour être heureux nous asservit et ruine la nature. Au lieu de la société des loisirs nous avons créé la société de la compétition à outrance et du « toujours plus ».

Je n’ai pas d’enfant mais il me semble que si j’en avais je serais tous les jours aux barricades pour défendre leur futur. Rien n’est plus important, tout le reste est futile car de toute façon on ne pourra plus rien faire si la planète est inhabitable. À force de repousser le problème les seules solutions restantes sont extrêmes et difficiles. À moins de s’en remettre à la grande catastrophe qui ferait un bon ménage pour repartir à zéro en rêvant à une sorte d’Arche de Noé qui viendrait nous sauver. Mais il faut être réaliste, l’Arche ne sera pas pour tout le monde et les places coûteront cher.

Commentez cet article