Politique culturelle de Chertsey

Des élections municipales auront lieu à l’automne, voilà une liste de souhaits que je fais pour le développement de la politique culturelle de Chertsey. Que ce soit l’équipe actuelle ou une nouvelle, je pense qu’il reste beaucoup à faire à Chertsey à ce sujet.

Sur le site internet de la municipalité on trouve un document nommé Politique culturelle 2015.  . On voit qu’un comité de volontaires a travaillé fort pour imaginer la politique culturelle de Chertsey et rédiger ce texte. Voilà ce qu’on peut y lire dans le premier paragraphe sur l’histoire de Chertsey:
M. Romuald Paré est considéré comme fondateur de Chertsey. Du village Lafontaine, premier village de Chertsey, restent les vestiges de son église construite en 1850. Celle-ci a servi de lieu de culte jusqu’à ce que la nouvelle église Saint-Théodore, aujourd’hui présente au cœur du village, soit construite en 1859.
(J’ai trouvé mieux depuis: Saint-Exupery à Chertsey)

L’histoire dans la culture

Si on ne connaît pas son histoire comment parler de culture. En se fiant au livre de Marcel Fournier sur l’histoire de Chertsey, l’église du village Lafontaine a plutôt été construite en 1859 et il ne reste aucun vestige, on peut juste deviner où elle se trouvait. L’église actuelle a été construite en 1866.

Je suis arrivé à Chertsey en 2012 et je reste surpris du peu d’intérêt qu’ont les habitants de Chertsey pour leur histoire. Qu’une telle erreur ait pu persister sur ce document officiel de la municipalité sans que personne ne le remarque est symptomatique de cet état d’esprit. Quand on fait des recherches sur internet sur Chertsey ont trouve très peu d’informations, pratiquement pas de photos anciennes. Sur Wikipedia l’article « Chertsey » ne disait rien sur son histoire, j’ai commencé à rédiger un article pour voir si quelqu’un continuerait mon travail mais 2 ans plus tard toujours rien.

Bilan de la politique culturelle

Je ne peux pas être juge du bilan culturel de la politique menée par le conseil municipal actuel. Je ne suis pas spécialement sociable et ne fréquente pas les différents groupes qui participent à la vie de Chertsey. Arrivé en 2012 je ne peux pas savoir si c’est mieux ou pire qu’avant. En tant que citoyen je peux quand même donner mes impressions et faire part de mes expériences.

L’Église

La belle église et la politique culturelle de Chertsey
La Belle Église

Sauver l’église de Chertsey et lui donner une nouvelle vocation était essentiel. Reste maintenant à la faire vivre et ça ne doit pas être évident. Pour l’instant je dois avouer que je n’ai été voir aucun spectacle payant puisque la programmation ne m’intéressait pas. La région de Lanaudière est reconnue pour la musique classique pourquoi ne pas s’en inspirer ? À 35$ du billet ce n’est pas accessible à tout le monde non plus, j’imagine.

Vie culturelle

La culture est un tout, vie sociale, traditions, divertissement et Culture avec un grand C.

Il y a régulièrement des activités qui animent la vie du village et c’est déjà beaucoup mais peut-on parler de Culture ? J’ai été voir un concert au Sanctuaire Marie-Reine-des-Cœurs au printemps, c’est tout pour la Culture. Bien sûr Chertsey n’est qu’un village et il ne faut pas s’attendre à l’animation de Montréal mais c’est quand même assez maigre.

La bibliothèque

J’ai trouvé plusieurs livres intéressants et des gens sympathiques à la bibliothèque mais, à mon avis, l’inventaire aurait besoin d’être amélioré. Par exemple on y retrouve très peu des grands romanciers reconnus du XXème siècle  mais beaucoup de romans à l’eau de rose.

La bibliothèque devrait être le centre de la politique culturelle de Chertsey
La bibliothèque et le centre communautaire

Comme j’ai du temps disponible j’ai proposé mes services comme bénévole à la bibliothèque en 2014. J’ai expliqué aux responsables que j’avais des connaissances en informatique et que je pourrais sûrement aider en organisant un groupe ou en animant des ateliers. J’avais même commencé un site internet démonstratif pour montrer le sérieux de mon projet: comment construire un site internet, éditer des photos, utiliser les logiciels libres, etc… Le moins qu’on puisse dire est que je n’ai pas eu beaucoup de succès, les responsables voulaient que j’explique aux gens comment paramétrer leur compte Facebook alors que je ne m’en sers pas (désolé je suis anti-facebook). Je voulais faire de l’éducatif, ils voulaient faire du dépannage ponctuel. Un dialogue de sourds qui m’a laissé un peu amer.

Finalement le projet Pixel a été mis en place grâce à une subvention du gouvernement, on peut voir le résultat 2 ans plus tard sur le site de la municipalité.  (la page a finalement été retirée)

Si c’était moi qui avais publié ce travail je ne serais pas très fier, je me demande même pourquoi la municipalité publie ça sur son site, à qui ça peut être utile. La subvention a arrêté, tout est resté en plan et il n’y a pas de suivi, des fonds publics jetés à la poubelle selon moi.

Des suggestions

La culture aujourd’hui

Le malaise culturel est généralisé, il n’est pas spécifique à Chertsey et ce n’est pas le conseil municipal qui pourra y changer grand chose. Il a quand même le pouvoir d’améliorer peu à peu l’aspect du village pour que ses habitants en soient fiers ce qui serait déjà beaucoup. En créant un lieu de culture avec l’Église il nous a dotés d’une infrastructure à faire vivre et ça va être être un beau défi.

Rôle de la bibliothèque

Dans un village les moyens sont limités, la bibliothèque devrait donc être le centre culturel jouant un rôle éducatif. Quand j’habitais Nominingue dans les Laurentides, je participais comme bénévole à la bibliothèque au comité chargé des achats de livres. Une politique culturelle signifie aussi de judicieusement dépenser l’argent consacré à la bibliothèque pour constituer une base de connaissance utile à la communauté en construisant sur le long terme. Des livres de cuisine oui mais pas trop, il ne faut pas confondre la culture et le divertissement. Si je veux lire le dernier best-seller je n’ai qu’à l’acheter, ce n’est pas le rôle de la bibliothèque de financer mes loisirs.

La bibliothèque peut aussi devenir un important lieu de sociabilisation. L’administrateur responsable doit savoir animer les lieux, créer des groupes, proposer des activités utiles à la communauté. Comme un bon libraire il doit connaître ses livres et pouvoir conseiller les utilisateurs.

L’informatique

J’avais proposé mes services bénévoles en informatique car j’ai remarqué en arrivant à Chertsey qu’il y avait beaucoup à faire. Alors qu’il est si facile de créer un site internet aujourd’hui il n’existe même pas un répertoire des services offerts à Chertsey. Ce serait pourtant un gros plus pour les commerçants à un prix très modique. Beaucoup de commerçants n’ont pas de site internet et ceux qui en ont auraient souvent besoin de les améliorer, la technologie évoluant rapidement. Il semble que Facebook soit largement suffisant pour la plupart, c’est ce qu’on m’a dit à la bibliothèque. Je suis sceptique.

La bibliothèque est le lieu idéal pour organiser des ateliers informatiques: atelier photo, histoire, site internet de la chambre de commerce, soutien informatique aux organismes communautaires, etc… Les équipements sont là, il suffit d’apprendre à s’en servir intelligemment.

L’histoire

L’histoire de Chertsey est intéressante et mérite d’être connue et préservée. La culture commence par la connaissance de l’histoire et des lieux, on ne peut rien construire de solide sans cette connaissance qui nous donne une appartenance. C’est pourquoi après qu’on ait rejeté mon offre de bénévolat j’ai décidé de faire des recherches historiques sur Chertsey. En interrogeant les résidents sur l’histoire du village j’ai bien vu qu’il y avait un problème, les connaissances sont très approximatives. Je veux essayer de continuer ces recherches mais la municipalité ne semble pas intéressée. J’ai écrit au maire pour lui en faire part, il n’a pas daigné me répondre. Au bureau de la municipalité on me dit que toutes les archives ont brûlé et qu’il n’y a rien à voir.

À force de décourager les gens entreprenants …

Les villages ayant une politique culturelle réussie sont ceux qui arrivent à développer une appartenance, il faut pouvoir être fier de son village. C’est un défi pour Chertsey où une grande partie de la population est composée de retraités sans racines locales. Pourtant eux aussi veulent être fiers de leur village. Traverser Chertsey par la route 125 est quand même déprimant, on arrive dans les pays d’en-haut. Les terrains vagues se succèdent, les terrains bâtis sont souvent plein de vidanges et l’esthétique est le dernier des soucis de la plupart. Un parc de tennis municipal toujours vide ressemble à un cimetière hanté. Rien de très enthousiasmant.

Pour conclure

Bien sûr il est important de réunir les citoyens, de former des comités et de produire des rapports mais il y a aussi des choses simples, faciles à mettre en pratique qu’on peut faire sans que ça coûte trop cher si on arrive à mobiliser les bonnes volontés. Il faut savoir écouter les citoyens pour travailler avec eux.

Réponse de la municipalité

Dianna Shannon, conseillère municipale, m’apporte quelques réponses lors d’une rencontre. Organiser le bénévolat  n’est pas aussi simple qu’on pense. Par exemple lors de la rénovation de l’église des citoyens ont proposé leurs services bénévoles; les règlements et les conventions collectives interdisent cette pratique. Même à la bibliothèque les bénévoles sont souvent une source de problèmes, il faut tout leur expliquer, repasser après eux pour refaire le travail…

J’avais proposé de l’aide pour améliorer le site internet de la municipalité qui n’est pas conforme aux standards mais je ne peux pas m’adresser directement à la personne en charge du site, j’ai fait des recommandations à Mme Shannon qui va les lui transmettre. Elle m’explique que parfois les bénévoles (qui ont souvent beaucoup de temps libre) ont tendance à être là tous les matins à 8h pour harceler les employés de la municipalité au sujet de leur dossier !

Je comprends ces explications mais alors il faudrait améliorer les communications, répondre aux gens en leur expliquant le pourquoi et le comment. C’est quand même dommage de rebuter les personnes de bonne volonté.

Commentez cet article