Le mémoire de la FALC de 2016

Ce matin je reçois un message de la FALC me demandant de venir demain à une assemblée publique pour la soutenir afin d’empêcher la coupe de bois qui va défigurer le paysage de certains lacs de Chertsey: c’est urgent. J’ai fait une recherche car je ne connaissais pas vraiment la Fédération des associations de lacs de Chertsey.

En 2018 elle n’est pas venue m’aider à protester contre le projet de sentiers quads qui défigurait mon environnement dans le village de Chertsey en tout cas.

Associations de Chertsey

Sur la page des organismes et associations de Chertsey on trouve bien la Fédération des associations de lacs de Chertsey (FALC). Il y a d’ailleurs beaucoup d’associations de propriétaires autour des lacs, ça m’a surpris.

Aucune de ces associations (à ma connaissance) n’a protesté quand le projet de sentiers quads a été déposé par les élus sans avertissement, venant défaire toutes les politiques environnementales en vigueur à Chertsey. C’est vrai que leur mandat est de s’occuper de leurs lacs, pas de politique municipale.

Mais elles ont un mandat environnemental et l’environnement c’est global, pas chacun dans sa cour.

Le mémoire de 2016

On ne trouve pas d’information sur la FALC sur internet mais j’ai trouvé le mémoire qu’elle a déposé à la MRC de la Matawinie le 22 mars 2016. Un document très bien rédigé (il a fallu de gros moyens ou une coopération très très étroite avec la municipalité pour le rédiger) expliquant comment les citoyens de Chertsey appuyés par leur municipalité se mobilisent pour préserver leur environnement. La critique de l’industrie forestière y est parfaitement juste et expliquée en détails.

Mémoire du FALC 2016
Mémoire du FALC 2016

Ce mémoire fait suite à une assemblée de consultation tenue le 15 mars 2016 où 150 résidents de Chertsey ont unanimement dit que les propositions de la MRC pour la gestion des TPI étaient socialement inacceptables.

La FALC et de nombreux citoyens ont à cœur un développement durable… Conséquemment ils sont prêts à s’impliquer, de concert avec la municipalité, dans des projets et initiatives…

Mémoire FALC 1.4

La FALC demandait un moratoire de 2 ans sur la coupe de bois dans les TPI pour permettre à la municipalité de réaliser des projets afin de les mettre en valeur selon son mandat. La FALC et les citoyens de Chertsey étaient prêts à s’impliquer.

Mémoire FALC 1.7
Mémoire FALC 1.7

Au point 8.1 on nous dit que depuis un certain temps la municipalité réfléchit à un réseau de sentiers pédestres (ils réfléchissent toujours d’ailleurs, ça doit être extrêmement compliqué); elle a subventionné (7.000$) la réalisation d’une sculpture dans la forêt Ouareau, le Mammouth Noir, comme première initiative.

Mémoire FALC 8.1
Mémoire FALC 8.1

Au point 4.8 on apprend même qu’un sentier multi-sports traverse le secteur du Lac Brûlé. Ça doit être un sentier privé car il n’est pas signalé sur les cartes de la municipalité. Un sentier pour les membres de l’association des Propriétaires du Lac Brûlé.

Le moratoire de 2 ans est fini depuis 2018

Encore une fois je ne veux pas défendre l’industrie forestière; il faut vraiment qu’elle soit à bout de ressources pour aller couper le bois dans ces secteurs. Mais il faut bien admettre que la municipalité de Chertsey et une partie de sa population dont la FALC ont pris des engagements pour empêcher les coupes en 2016. Et que rien n’a été réalisé en 2020, il ne reste que le pauvre mammouth abandonné dans la forêt Ouareau!

Ils se réveillent tout à coup mais c’est facile pour l’industrie de répondre en 2020 que ce n’était pas très sérieux.

Depuis la dernière élection la FALC et les autres associations ont laissé le nouveau conseil défaire tout ce qui avait été entrepris par le précédent sans protester. Ce sont des citoyens qui ont protesté. J’aurais apprécié recevoir le soutien de quelqu’un quand mes conseillers municipaux unanimes m’ont mis en demeure pour avoir défendu les politiques municipales en vigueur que certains d’entre eux avaient votées.

La FALC nous demande de venir l’aider d’urgence à protéger les beaux paysages autour des grands lacs de Chertsey.

Les historiens qui ont étudié les civilisations disparues à la suite de catastrophes écologiques ont tous constaté que la raison principale de ces catastrophes est que les élites sont toujours les dernières affectées et qu’elles ne s’en préoccupent donc pas à temps.

Ce serait bien triste de défigurer les paysages de Chertsey mais si c’est ce qu’il faut pour que les élites se réveillent c’est peut-être un mal nécessaire.

En tout cas je ne me battrai pas juste pour défendre leur qualité de vie. On voit bien que la seule manière de se battre contre l’industrie forestière c’est en occupant le territoire en y créant des sentiers de randonnée. Il faudrait d’abord que la municipalité de Chertsey respecte ses engagements et que les citoyens de Chertsey forcent leurs responsables politiques à respecter les politiques en vigueur. C’est ce que plusieurs citoyens essayent de faire mais ils constatent que les associations qui auraient des moyens efficaces sont toutes silencieuses. Elles ne se réveillent que quand elles sont menacées directement en nous demandant de venir les aider d’urgence.

Si chacun s’occupe de sa cour les privilégiés vivront un peu mieux un peu plus longtemps; mais pas très longtemps…

3 réflexions au sujet de “Le mémoire de la FALC de 2016”

  1. Il y a des projets inadmissibles socialement contre lesquels nous devrions TOUS nous indigner et agir.

    Il y avait quand même ± 60 personnes à cette rencontre filmée, malgré le fait quelle a eu lieu un samedi matin à 9h et qu’elle a été organisée à quelques jours d’avis. Bien sûr, presque la totalité des gens provenaient des lacs, mais pas tous.

    Il fallait être présent pour comprendre à quel point la MRC essayait de nous vendre le bienfait de faire des coupes à blanc, renommées maintenant «coupes de régénération» (!). L’art de pervertir les mots pour servir le capitalisme financier (les vrais privilégiés, ils sont là)…

    Et quand des informations cruciales étaient demandées par les citoyens, la MRC n’avait pas de réponse à fournir. Elle nous invitait à nous adresser au Ministère des forêts. Pourtant, c’est leur mandat de faire le pont entre le Ministère et les différents organismes, dont les municipalités, non?

    Tout de même, j’y ai appris que seul le maire peut, et donc, DOIT représenter les citoyens à la table de concertation (GIRT 062), parce que ces derniers n’y sont pas admis. Mais les organismes de véhicules hors route le sont bien évidemment… Ça vous étonne?

    Le maire Quenneville va-t-il faire sa job en représentant les nombreux citoyens qui sont CONTRE ces projets de coupes? Va-t-il protéger ce qui fait la richesse de Chertsey?

    Répondre
  2. La municipalité a un plan directeur et des politiques; elle a pris des engagements. C’est au maire d’agir selon le code déontologique qu’il a lui-même adopté afin de respecter les politiques en vigueur et les engagements de la municipalité.
    Mais les associations devraient, à mon avis, être plus actives en politique municipale pour protester quand les politiques ne sont pas respectées; pas juste quand 1 problème particulier les concerne. C’est pour ça que j’ai écrit cet article.

    Répondre
    • À force de se faire avoir, peut-être que ces associations deviendront de plus en plus actives en politique municipale… En tout cas, merci pour les références historiques intéressantes de cet article.

      Répondre

Laisser un commentaire