Lettre de mon moulin

Pendant tout l’automne 2017 j’ai creusé autour de l’ancien moulin à farine et à bois qui se trouve sur mon terrain et je découvre peu à peu l’ampleur du site. C’est en observant les photos anciennes des moulins construits sur la rivière Burton que j’ai pu en comprendre le fonctionnement, il date de la même époque et servait au même usage local.


À l’automne 2017 j’ai commencé à dégager les vestiges du moulin qui se trouve sur mon terrain. Voici quelques photos des lieux à cette date.

On remarque des murs de pierre sur le bord de la rivière recouverts par la végétation et les alluvions.

 

Les fouilles

Mon travail a consisté à enlever la terre qui recouvre peu à peu ces vestiges depuis que le moulin a été abandonné vers 1930. J’essaie de ne pas déplacer les grosses pierres pour pouvoir reconstituer autant que possible la disposition des murs de pierre. Toute la charpente en bois a disparu bien sûr mais les fondations de pierre sont encore là et elles montrent qu’il s’agissait d’un ouvrage assez important. D’après les archives c’était un moulin double à farine et à bois, il y avait donc 2 moulins qui se succédaient sur le même site.

Reconstitution

C’est en observant les photos du moulin de la rivière Burton que j’ai commencé à comprendre le fonctionnement du moulin.

Rivière à chertsey
Le moulin à farine est en aval après le 2ème réservoir; le moulin à scie est encore rudimentaire, une claie de bois sert de barrage.
Le moulin à scie a été amélioré, il y a 2 nouveaux bâtiments; le moulin à farine semble ne pas avoir changé.

Le moulin de François Mercier

J’ai déjà publié les recherches que j’ai fait sur l’histoire des moulins de la rivière Jean-Venne et je continue ces recherches. Mais en fait je n’imaginais pas que le site était aussi important. C’est en regardant les photos des moulins de la rivière Burton que je me suis rendu compte que chaque moulin avait son réservoir et son barrage, le site part du pont et continue sur toute la longueur de mon terrain pour continuer chez mon voisin.

Le premier barrage

Si on observe les rives de la rivière Jean-Venne en aval du pont Grégoire on constate d’après l’érosion que le niveau de l’eau a déjà été nettement plus haut que les plus hautes eaux du printemps. On peut aussi observer l’endroit où se situait le premier barrage, le niveau de l’érosion de la rive descend soudain d’au moins 3 pieds, ça ne peut pas être naturel.

 

Le premier réservoir

Juste après ce barrage à droite, abrité par le rocher, se trouvait ce qui semble être un réservoir. Il  reste des fondations en pierre qui soutenaient sans doute un bâtiment au-dessus de ce réservoir et peut-être une roue à aubes.

 

Le moulin à farine

En continuant vers l’aval en suivant ce qui était un canal, on arrive à ce que je suppose être les fondations du moulin à farine, un rectangle de pierres donnant à pic sur le bord de la rivière. Beaucoup de grosses pierres ont bougé et se sont effondrées dans la rivière mais plusieurs murs sont encore intacts. Est-ce que la roue à aubes était plutôt là alimentée depuis le premier réservoir par une canalisation, c’est une autre possibilité.

Un 2ème réservoir?

En continuant vers l’aval on voit que la rive a été aménagée sur encore une bonne distance sur le terrain de mon voisin. Est-ce qu’il y avait un autre barrage à cette hauteur et que le moulin à scie était plus bas ?


Il me reste encore plusieurs énigmes à résoudre mais je commence à mieux comprendre le site, c’est donc une histoire à suivre…

J’ai depuis découvert qu’il y avait aussi un moulin à carder et que le système de barrages, réservoirs et canaux était très complexe: Technologie des moulins

L’ancien chemin

Le moulin a été construit dès la fondation du village Lafontaine vers 1855 et c’était un lieu important de la vie communautaire. D’après mes recherches le premier chemin du gouvernement passait donc juste à côté.
Il arrivait de l’actuel pont du Gouvernement par le chemin Irène et il traversait la rivière au pont puis il continuait vers le lac Chantelle (Michel). Le chemin menant au moulin est encore parfaitement visible sur la 1ère photo, il aboutissait au pont. Sur la 2ème on voit des vestiges de murs au pied de la chute.

 

Objets trouvés

En dégageant la terre autour du moulin j’ai retrouvé plusieurs objets en métal, rien d’extraordinaire mais des preuves de l’occupation du lieu depuis 1855: fer à cheval, fer de hache, couteau, limes, coins, clous, pied de poêle, pied de biche, pentures, fil à plomb et beaucoup de petits morceaux de métal rouillé.

1 commentaires sur “Lettre de mon moulin”

  1. Bonjour.
    Nous avions un chalet au Lac Michel devenu Chantelle.
    Et nous allions nous baigné aux chutes à Michel.
    Que de souvenirs . Vers les années 1960…
    Ginette Groleau Brossard (450) xxxxxxx

Commentez cet article