Jean-François Mercier à la Belle Église

Pendant tout l’hiver le spectacle de Jean-François Mercier était annoncé par une grande affiche devant la Belle Église que la municipalité de Chertsey a transformée en espace culturel. Jean-François Mercier s’est fait connaître par son personnage du « Gros Cave » avec lequel il a rejoint un large public qui s’est reconnu dans cette caricature.

L’humour industriel

Grâce à l’école de l’humour les jeunes peuvent apprendre à être drôles. On leur enseigne toutes les ficelles du métier et après l’école les meilleurs sont embauchés par les grandes écuries de l’humour pour meubler la grille horaire du divertissement.

Jean-François MercierJ.F. Mercier est typique de ce cheminement, diplômé de l’École de l’Humour il est talentueux et a participé à des émissions divertissantes comme les Bougon. C’est donc une grande vedette que la municipalité a mis à sa programmation culturelle 2018.

Ce que moi je remarque dans ce genre d’humour industriel c’est que ça nous tire rarement vers le haut: la poésie, le travail des mots et de la langue comme le faisait Yvon Deschamps. La tendance va plutôt vers le bas: la dérision, la niaiserie, le gros cave. Ça finit presque toujours dans le pipi et le caca puisque c’est le dénominateur commun qui rejoint l’audience maximale. C’est le service marketing qui l’a dit.

En réalité l’humour c’est comme la poésie, c’est difficilement compatible avec un procédé industriel.

Yvon Deschamps et Paul Buissoneau
Yvon Deschamps et Paul Buissoneau

L’industrie culturelle

Le but d’un industriel est de vendre ses produits en développant de nouveaux marchés. L’industrie culturelle est aujourd’hui très importante dans l’économie globale, c’est une grosse business. Plus grand chose à voir avec la Culture en réalité.

Festival Juste pour RirePour cette industrie La Belle Église de Chertsey n’est qu’un point de diffusion parmi d’autres et elle peut nous fournir du contenu tant qu’on veut, elle en produit à la tonne: il suffit de payer.

Peut-être que la municipalité a besoin de ce genre de spectacle pour rentabiliser les dépenses de l’église ou financer d’autres activités. En tout cas si on veut avoir une politique culturelle éducative et inspirante l’exemple du « Gros Cave » affiché devant l’église pendant tout l’hiver comme une icône est particulièrement déprimant.

La Culture c’est de l’artisanat

Culture générale pour les nulsSi il suffisait de faire lire « La culture générale pour les nuls » à tout le monde pour transformer la société tout serait facile. Mais la Culture c’est pas facile, il faut commencer jeune et persévérer toute sa vie. Il faut être curieux car ça ne vient pas tout seul par magie. Mais c’est gratifiant et épanouissant.

C’est curieux de constater qu’alors que nous vivons une époque extraordinaire où toute la culture du monde est accessible, la grande majorité des gens se contente de ce que l’industrie lui programme sans jamais chercher ailleurs. L’industrie n’est pas là pour faire de la culture mais de l’argent, une industrie de la Culture c’est impossible.

Et le plus extraordinaire c’est que les gens se plaignent ensuite de se faire manipuler par l’industrie. Ils se donnent corps et âme aux monopoles informatiques qui font disparaître la Culture et ensuite ils pleurent parce que tout est laid et plat.

1 commentaires sur “Jean-François Mercier à la Belle Église”

Commentez cet article