Communications et Communicateur

Les communications c’est devenu compliqué et on commet parfois des erreurs; je viens de corriger les miennes et de m’excuser à la demande du conseil municipal de Chertsey. J’espère maintenant que l’erreur que le maire a faite dans son Mot du Maire du Communicateur de juillet 2018 va être corrigée elle aussi, c’était une des demandes que je faisais dans mes articles. Un éditorialiste est responsable de ses écrits, je viens de l’apprendre à mes dépens.

Le Communicateur juillet 2018 Chertsey

Le maire de Chertsey agit comme éditorialiste du journal municipal le Communicateur. Dans son « Mot du Maire » il doit nous faire connaître les plans et les réalisations du conseil en nous les expliquant. Dans le Communicateur de juillet il nous a donné l’information suivante:

…un projet-pilote d’une durée de 12 mois, en collaboration avec le club Paradis du Quad Ouareau, a été adopté au conseil municipal du 18 juin dernier, en vue de créer une voie de raccordement entre la route 125 et le sentier de Grande-Vallée, en passant sur une partie du chemin de l’Église.

Pourtant à la page suivante du Communicateur on a le détail du projet qui contredit visiblement ce que dit le maire. Il s’agit en réalité d’un trajet de plus de 14 km passant sur 5 chemins municipaux (Principale, de l’Église, Michel, Rochon, Grande-Vallée).

Communicateur juillet 2018 page 2

Le maire a sûrement fait une erreur en écrivant son texte ou alors il n’avait pas assez de place pour tout marquer. Comme c’est la seule fois qu’il a présenté officiellement ce projet qui n’était pas dans son programme électoral quelques mois plus tôt il devrait faire attention. Moi j’ai été voir la page 2 mais un citoyen moins curieux pourrait avoir l’impression qu’il a été sciemment trompé afin qu’il ne se mobilise pas contre le projet et se plaindre au commissaire en déontologie municipale. Je ne voudrais pas que le maire ait des problèmes pour une simple faute d’inattention.

Mais le Communicateur n’est pas un média normal: il n’y a pas de mentions légales (en tout cas pas sur la version en ligne) et on ne sait pas à qui s’adresser pour faire corriger une erreur (j’ai essayé). Dans un journal normal l’éditorialiste, après avoir reçu quelques plaintes, serait obligé de publier un rectificatif: ERRATUM et de donner l’information exacte dans sa prochaine publication.

Communicateur octobre 2018 ChertseyJ’ai relu attentivement les éditoriaux du maire de septembre et d’octobre. Le but de son éditorial est de nous informer des dossiers importants pour la municipalité et ses citoyens. Aucun ERRATUM. Il n’y a d’ailleurs pas un mot sur le fameux projet quad qui fait pourtant beaucoup parler au conseil et dans le village. Et ce n’est pas parce qu’il manque d’espace, voici la première moitié de son éditorial d’octobre:

Même si l’été semble ne pas vouloir céder la place à l’automne, la magnifique saison des couleurs est pourtant bel et bien à nos portes. Nous pouvons déjà en apercevoir certains signes: le soleil se couche plus tôt et certains arbres se parent déjà tout doucement de leurs plus beaux atours.
Chertsey, avec ses myriades de forêts et de lacs, ses montagnes et son vaste territoire nous offre, l’automne venu, un spectacle  grandiose et c’est un endroit magnifique pour observer et admirer cette nature en changement, généreuse et abondante.
Je vous incite à profiter des nombreux sentiers pédestres et à vous laisser charmer par la flamboyance et la richesse des paysages qui vous entourent, dont Chertsey a la chance de faire partie
Le Communicateur octobre 2018

Nous sommes chanceux à Chertsey, nous avons des maires poètes.

Pour un Communicateur vivant

Il semble que les citoyens lisent peu le Communicateur et que les élus s’en désolent. Mais pour qu’un journal soit lu il faut qu’il soit intéressant. Depuis que j’habite à Chertsey je lis ce journal et j’estime qu’on pourrait faire mieux. On a des informations choisies et publiées par des employés municipaux qui font leur travail mais ça prend plus que ça pour rendre un journal vivant.

Voilà la page des actualités à Chertsey en octobre 2018: c’est plutôt tranquille, rien à signaler.

Les actualités à Chertsey - Communicateur octobre 2018

Depuis que j’habite à Chertsey j’ai aussi remarqué, et beaucoup de gens m’en ont parlé, le manque de communication en général. Il y a beaucoup d’initiatives et de bonne volonté mais les gens ont du mal à se rencontrer et travailler ensemble. Au lieu de débattre on s’affronte inutilement. Un journal permettant à la communauté de mieux s’exprimer et donnant toutes les opinions pourrait aider. C’est un peu l’idée de ce blogue où je donne mon opinion sur des sujets qui me préoccupent et propose des solutions quand j’en trouve. Il faudrait d’autres blogues et d’autres opinions.

Chroniques de ChertseyEn France la loi oblige les municipalités de plus de 3500 habitants à laisser une place à l’opposition dans leurs communications. La population y gagne car elle est mieux informée; elle a plus envie de participer à la vie municipale. Pour un enjeu aussi important que le développement du tourisme motorisé nous aurions pu entendre les arguments pour et contre et nous faire une opinion éclairée par le débat. La municipalité et tous ses outils appartiennent d’abord à la communauté; les élus ne sont que leurs représentants temporaires qui doivent les gérer pour le mieux en « bon père de famille ».

Mais pour rendre un journal comme le Communicateur intéressant il faudrait plus que ça. Le journal appartient à la communauté et elle devrait demander à y avoir accès. J’ai déjà proposé plusieurs fois de rédiger des chroniques historiques pour le journal ou le site internet, il pourrait y avoir beaucoup d’autres initiatives comme la mienne qui feraient qu’on ait hâte de recevoir notre Communicateur mensuel.

Réglementation du Communicateur

J’ai essayé de trouver si il y avait des règles encadrant les publications du Communicateur, sans succès. Il est normal que le maire puisse s’exprimer et que les informations légales et autres soient données. Mais pour le reste qui décide et comment?

Ce serait bien que les règles soient claires pour tout le monde et de connaître les droits des citoyens puisque en définitive ce journal leur appartient.

Le site internet

Tout ce que je viens de dire sur le Communicateur s’applique aussi au site internet de la municipalité. Un site internet peut être une plateforme d’échange pour les citoyens. Là encore en laissant place à leur créativité on pourrait rendre le site plus vivant et intéressant à visiter.

Le ministère des Affaires Municipales a fourni un guide aux municipalités pour les aider à gérer leur site internet. D’après ce guide le site de Chertsey se situe au degré 1 sur 4 dans l’échelle. On pourrait envisager d’évoluer au degré 2.

Une pensée sur “Communications et Communicateur”

  1. J’espère qu’un jour prochain, Guillaume, tu seras entendu. La démocratie aussi.
    Le communicateur me semble actuellement plus un endroit d’autocongratulation qu’un outil de communication. Tout m’y semble rose.
    Non pas que ce soit un défaut de marquer ses bons coups et se donner une tape sur l’épaule. Non, loin de là. Mais, notre démocratie (à Chertsey à tout le moins!) manque cruellement d’un espace de dialogue, d’échange. Si le citoyen sent qu’un échange est possible, voire souhaité par la municipalité, il s’intéressera surement plus facilement au Communicateur.
    La responsabilité de la Municipalité me semble irréfutable car elle se sert du Communicateur pour diffuser des avis d’intérêt publique. La moindre des choses serait selon moi d’essayer de comprendre pourquoi il est ignoré et par conséquence le citoyen est mal renseigné. Si l’on cherche l’action démocratique bien entendu…
    Ceci est mon opinion personnelle
    Serge Clément

Commentez cet article