Chronique d’un site internet

J’ai commencé ces chroniques de Chertsey il y a un peu plus de 2 ans et le site vient de passer le cap du dix-millième visiteur: c’est peu à l’échelle du « world wide web » mais c’est quand même pas mal pour une chronique de village. Je veux célébrer en partageant quelques aventures de la vie du site et de son webmaster avec mes lecteurs.

Comment se faire connaître

J’écris pour que mes articles soient lus par les habitants de Chertsey en espérant leur apporter une information originale qu’ils ne trouveront pas ailleurs. Comme je suis anti-Facebook par principe je ne pouvais pas compter sur ce réseau pour me faire connaître, j’ai donc imaginé un stratagème.

Un village fantôme à Chertsey
Un village fantôme à Chertsey

En juin 2017 j’ai publié un article au titre accrocheur et au contenu intrigant, « Le village fantôme de Chertsey », et je l’ai envoyé au journal local L’Action et à quelques sites d’histoire des Laurentides et de Lanaudière. Mon stratagème a parfaitement fonctionné: L’Action a publié un article à propos de mon blog et des sites ont créé des liens vers l’article: le nombre de visiteurs a tout de suite bondi. « Le village fantôme de Chertsey » est toujours l’article le plus lu du site avec 2.400 vues à date.

Première controverse

Chroniquer sur son village ça implique de donner son opinion sur les politiques de la municipalité en faisant des critiques et en proposant des solutions. En 2017 le maire M. Surprenant a soudain voulu créer un parc public aux Cascades Rochon qui venait bouleverser la vie de tout le voisinage. Comme on lui a dit que je critiquais sa façon de faire dans mes articles il a eu l’idée géniale de me faire taire.

Le parc des cascades Rochon
Le parc des cascades Rochon

Mais les élus municipaux ne sont pas encore familiers avec internet et il n’avait pas très bien compris. Pensant m’empêcher de publier il m’a fait exclure d’un site (Pacte d’amitié Poulx-Chertsey) où j’agissais comme administrateur bénévole alors que je faisais ces critiques sur mon blog personnel qu’il ne pouvait certainement pas censurer.

M. Surprenant a ensuite perdu ses élections et le projet a été annulé.

On n’est pas prophète en son pays

Le manoir Panet
Le manoir Panet

Le plus beau retour d’expérience à propos du site est venu du village de Ste-Mélanie. En novembre 2017 j’étais passé devant une maison patrimoniale à vendre et j’avais fait une recherche complète pour publier « Le manoir Panet à Sainte-Mélanie ». Quand j’ai su en octobre 2018 qu’une visite de l’intérieur du manoir était organisée j’ai profité de l’occasion. Il y avait une vingtaine de personnes lors de la visite et quand j’ai mentionné au guide que j’avais publié une recherche sur internet au moins la moitié des visiteurs m’ont dit l’avoir lue. Le guide m’a aussi expliqué que quand le comité a fait ses recherches pour sauver le manoir ils ont commencé par lire mon article qui était le seul sur internet à traiter sérieusement du sujet. Un bel hommage.

Pendant ce temps la municipalité de Chertsey n’a toujours pas jugé pertinent de publiciser mes recherches historiques ni de m’aider à constituer les archives historiques que j’ai proposé d’enregistrer dans une base de données pour le bénéfice de la communauté de Chertsey.

Le projet pilote quad-vtt

J’ai écrit mon désaccord à propos du projet dès qu’il a été annoncé dans le Communicateur. Sans être insultants, mes articles questionnaient le manque de respect des règles normales de la démocratie: annoncer 3 mois après les élections un projet qui change toutes les politiques de la municipalité sans en avoir jamais parlé c’est contraire aux règles de déontologie.

Un éclair de génie
Un éclair de génie

Encore une fois les élus n’ont pas su comment réagir à la critique et ils ont sorti la matraque pour me faire taire: mise en demeure. J’aurais pu me battre, aller en cour pour défendre mon droit d’expression; mais je ne suis qu’un simple citoyen, ça coûte cher. J’ai plutôt utilisé les armes à ma disposition: ils ont fait n’importe quoi sans réfléchir, je me suis moqué de leur bêtise. J’ai remplacé les articles censurés par une parodie: « Un éclair de génie ».

Beaucoup d’autres personnes ont participé à la contestation de ce projet mais je suis fier d’avoir contribué à ce qu’il soit annulé.

Des livres rares

Répertoire des noms géographiques du canton de Chertsey

En 2018 un lecteur, M. Pascal Crépeau, m’a contacté pour me dire qu’il avait en sa possession 3 livres sur l’histoire de Chertsey et qu’il voulait les remettre à la municipalité pour ses archives. J’ai donc été les chercher à Laval et les ai remis à la bibliothèque. Il s’agit de:

  • « Répertoire des noms géographiques du Canton de Chertsey » que j’avais déjà découvert à la Société d’Histoire de Joliette: « La mémoire des noms »
  • « Saint-Théodore de Chertey 1870-1970 » de Gaston Perreault
  • « Saint-Théodore de Chertsey, une époque, un village » de Simon Riopel

Ce sont des livres rares qui racontent l’histoire de Chertsey. Il faut les conserver et faire en sorte qu’on puisse les consulter.

Nouvelle mise en demeure

Comme la municipalité n’a pas le temps ni les ressources pour s’occuper des photos que j’avais rassemblées lors de l’exposition de 2018 je les ai publiées sur mon site en attendant: « Photos anciennes ». J’ai rassemblé sur cette page l’ensemble des photos anciennes de Chertsey que j’ai pu retrouver. J’avais aussi scanné des photos dans le livre de Simon Riopel qui contient beaucoup de photos originales de Chertsey et ses fondateurs pour que tout le monde puisse les voir.

Simon Riopel

Ce fut toute une surprise de recevoir un message de M. Riopel me demandant de retirer immédiatement toutes les images scannées dans son livre sous peine de poursuite légale. J’ai tout retiré, c’est son droit; mais c’est quand même un peu particulier. Je retrouve un document rare et oublié qu’on ne peut consulter nulle part, je fais son éloge et le publicise et pourtant l’auteur veut me poursuivre.

Le livre n’est pas à vendre, il est épuisé et introuvable. Je n’ai pas copié ses textes, j’ai copié des photos anciennes qu’il a recueillies mais dont il n’est pas l’auteur. Il a lui-même copié certaines cartes postales anciennes de Chertsey qui sont protégées par des droits d’auteur sans demander à personne.

Mais son livre est un livre amateur d’histoire locale et il y a une tolérance pour l’utilisation des archives historiques. Mon site est aussi un site amateur d’histoire locale qui essaie juste de recueillir toutes les archives disponibles sur Chertsey. J’ai traité son livre comme un document historique sauvegardé de l’oubli et je ne m’attendais pas du tout à une telle réaction.

Bilan d’une chronique

À partir du moment où on agit et publie son opinion on prend certains risques qu’il faut assumer. En fait c’est plutôt amusant d’expérimenter les différentes réactions des gens aux nouveaux médias.

Chertsey par Tex Lecor 1974
Chertsey par Tex Lecor 1974

J’ai même constaté dans le Communicateur de mars 2019 que mes critiques avaient finalement une certaine influence en y retrouvant la belle photo de la peinture de Tex Lecor que j’avais mis sur mon site en décembre. Mais la municipalité devrait faire attention: j’ai copié la photo sans demander d’autorisation, le tableau est à vendre dans une galerie d’art. Avec mon site amateur je peux retirer les images à la demande mais quand c’est imprimé c’est plus compliqué!

Heureusement il y a les lecteurs qui reviennent sur le site et m’encouragent à continuer. Bien que je refuse d’utiliser les réseaux sociaux la notoriété du site se construit tranquillement et le nombre de visiteurs progresse régulièrement. Et comme la plupart des articles ne sont pas reliés à l’actualité immédiate on peut les lire longtemps après leur publication. On les trouve facilement en faisant des recherches et ils vont persister, contrairement à un fil de nouvelles Facebook.

Merci donc à tous les lecteurs de ces chroniques et n’hésitez pas à m’encourager par vos messages, c’est toujours très apprécié. J’accepte aussi les critiques constructives, bien sûr.

Fréquentation du site
Fréquentation du site: record février 2019

Commentez cet article