Le Chemin du Roy entre Montréal et Trois-Rivières à la Conquête

L’armée anglaise de la Conquête était bien organisée. Entre 1761 et 1763 le gouverneur James Murray a fait dessiner un ensemble de cartes représentant la nouvelle possession du royaume de Grande-Bretagne au Canada. Le Chemin du Roy et chaque maison qui le bordait y sont représentés et un recensement sommaire de la population y est fait.

L’atlas Murray

Il s’agit d’un ensemble d’environ 80 cartes qu’on peut consulter sur le site de l’Université du Michigan. Il y a des vues d’ensemble comme cette carte du St-Laurent entre Repentigny et le lac St-Pierre.

Vallée du St-Laurent 1761

Et puis il y a des vues détaillées montrant les chemins, les maisons, les champs et la limite de la forêt pas encore défrichée.

Lavaltrie en 1761
Seigneurie de Lavaltrie

Les cartes sont assez détaillées pour qu’on puisse s’amuser à refaire la route entre Montréal et Trois-Rivières en suivant le Chemin du Roy.

L’île de Montréal

Montréal en 1761

En sortant des fortifications de Montréal vers l’est on passait par le faubourg Québec ou Sainte-Marie. Les terres au nord étaient cultivées et il y avait déjà 2 bâtiments vers le parc Lafontaine actuel.

Faubourg Ste-Marie en 1761

Le chemin du Roy suivait ensuite la rive du St-Laurent pour relier les paroisses. Il y avait 77 familles dans la paroisse de Longue-Pointe pouvant fournir 100 hommes capables de porter des armes.

Paroisse de Longue-Pointe en 1761

Le chemin du Roy continuait après Pointe aux Trembles jusqu’au bout de l’Île de Montréal et il devait y avoir un traversier pour rejoindre Repentigny.

Pointe-aux-Trembles 1761

Ce qui est particulièrement intéressant c’est que les cartes ont été numérisées en haute définition et qu’on peut agrandir l’image pour voir les détails:

Pointe-aux-Trembles 1761

Le village de Pointe aux Trembles est entouré d’une palissade en bois, les trembles qui ont donné leur nom à la paroisse ont déjà été coupés. Il y a 105 familles à Pointe aux Trembles et 167 à Lachenaie, on distingue très bien chaque maison.

La rive nord du St-Laurent

Terrebonne en 1761

À Repentigny le chemin du roy continuait le long du St-Laurent et des chemins remontaient le long de la rivière L’Assomption.

De Repentigny à Lanoraie en 1761
Repentigny en 1761

La colonisation s’est faite par les rivières. On le voit bien dans la paroisse de L’Assomption où les terres cultivées montent déjà assez haut le long des rivières.

L'Assomption en 1761

La paroisse de Saint-Sulpice comprenait 67 familles. Les maisons sont alignées le long du chemin du Roy et les terres cultivées sont d’environ une lieue de large (4 km).

Saint-Sulpice en 1761

La carte de Lavaltrie est plus haut, voilà les détails du recensement. La seigneurie a été concédée en 1672 à Monsieur de la Valterie et elle appartient toujours à sa famille. Il n’y a pas d’église, le service est fait dans le presbytère. Il y a 51 familles pour seulement 45 hommes capables de porter des armes.

La paroisse de Lanauraie n’est pas large mais à Berthier les terres cultivées remontent le long de la rivière Bayonne. L’île du Pas et l’île St-Ignace sont habitées et cultivées.

Le lac Saint-Pierre

Après Berthier le chemin du Roy longeait le fleuve dans un terrain marécageux. La baie des Ottocas, la baie de Maskinongé, c’est le début du lac Saint-Pierre, réserve de la biodiversité.

Lac Saint-Pierre en 1761
Lac Saint-Pierre en 1761

Après Maskinongé le chemin remontait vers Rivière du Loup (aujourd’hui Louiseville) pour éviter des terrains marécageux.

Maskinongé en 1761

Les officiers anglais ont eu du mal à comprendre le nom du village de Yamachiche et ils ont écrit Omachis. La paroisse Sainte-Anne était près du fleuve à cette époque, près de la réserve naturelle Pointe-Yamachiche actuelle.

Yamachiche en 1761

En arrivant à Trois-Rivières

Le chemin revenait plus près du fleuve après Yamachiche mais on voit que les terres n’étaient pas cultivables sur la rive.

Yamachiche en 1761

Le seigneur de Tonnancour de Pointe du Lac avait construit des maisons pour recevoir des sauvages, 18 familles y vivaient mais elles sont parties à la conquête et le seigneur espérait qu’elles reviennent.

Pointe du Lac en 1761
Trois-Rivières en 1761

J’aurais pu agrandir l’image encore plus mais déjà on distingue tous les bâtiments de la ville de Trois-Rivières et une légende donne les références. Le palais du gouverneur est au point A, la cathédrale en B, le couvent et l’église des Récollets en C, les Ursulines en D. Il y a même un moulin à vent en-bas à gauche.

Trois-Rivières en 1761

Le chemin du Roy en 2022

Le site Le Chemin du Roy présente un historique de sa construction et de son entretien au cours des siècles. Sur la carte qui est présentée on remarque que le tracé du chemin entre Berthier et Yamachiche passe plus au nord. Sur les cartes de 1763 il passait plus près du fleuve mais le terrain marécageux devait rendre le chemin souvent impraticable et le tracé a été modifié.

Le chemin du Roy en 2022
Le chemin du Roy en 2022

De Trois-Rivières à Québec

Voici les cartes générales de la section Trois-Rivières – Québec du chemin du Roy. Il y a des cartes détaillées de chaque paroisse.

Chemin du Roy de Trois-Rivières à Québec
Chemin du Roy de Trois-Rivières à Québec
Chemin du Roy de Trois-Rivières à Québec
Québec en 1760
Québec en 1760
Québec en 1760

2 réflexions au sujet de “Le Chemin du Roy entre Montréal et Trois-Rivières à la Conquête”

Laisser un commentaire